CAN 2023: l’entraîneur du Maroc dit avoir été menacé de mort

Au cœur d’une controverse suite à une altercation avec Chancel Mbemba, joueur de la République démocratique du Congo, l’entraîneur marocain Walid Regragui se trouve en première ligne des débats actuels de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2024. L’incident, survenu dimanche lors du match nul 1-1 entre le Maroc et la République démocratique du Congo, a provoqué un tollé, Regragui étant accusé de racisme, une allégation qu’il réfute vigoureusement.

Lors d’une conférence de presse mardi, Regragui a défendu son intégrité et nié avoir tenu des propos racistes envers Mbemba. L’entraîneur de 48 ans, également demi-finaliste du Mondial 2022, a exprimé son indignation face aux accusations et révélé avoir reçu des messages racistes et des menaces de mort.

Publicité

« Dire que j’ai eu des propos racistes c’est honteux. Je défendrai mon image jusqu’au bout. J’ai reçu des messages racistes et de mort. Ça illustre tout ce qui passe dans le monde. Mbemba en a eus. C’est pas possible, a déclaré le demi-finaliste du Mondial 2022 à la veille d’affronter la Zambie. A la Coupe du monde, on était tous ensemble et à la CAN on ramène à la couleur de peau, à la religion, l’origine. Mais vous ne me ferez jamais tomber sur ça. J’ai demandé à être entendu par la CAF. Je n’ai jamais insulté le joueur, ça n’a jamais été dans mon éducation. » a-t-il déclaré.

Regragui a également souligné l’absence de confirmation de propos racistes dans l’interview d’après-match de Mbemba, mettant en question la réaction du public et des médias à l’incident. Il a déploré l’impact de cette affaire sur lui-même et sa famille, soulignant la rapidité avec laquelle les événements ont dégénéré. L’entraîneur marocain a mentionné son intention de se limiter désormais à des échanges formels avec les autres entraîneurs pour éviter de futures controverses.

Cet incident lors de la CAN 2024 révèle les tensions sous-jacentes dans le football et la société en général, mettant en évidence les défis auxquels les personnalités sportives sont confrontées dans un environnement de plus en plus scruté et réactif.

Publicité

Regragui, en demandant à être entendu par la Confédération Africaine de Football (CAF), cherche à clarifier la situation et à défendre sa réputation, tout en soulignant les enjeux raciaux et sociaux qui continuent de marquer le monde du football. Pour le moment, beaucoup d’africains appellent Mbemba à révéler les propos dont il accuse l’entraîneur marocain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *