CAN: l’humiliation de la Côte d’Ivoire va faire date

Le 22 janvier 2024 est une date qui restera gravée dans la mémoire collective ivoirienne. En pleine Coupe d’Afrique des Nations (CAN), organisée sur son sol, la Côte d’Ivoire a subi une sévère défaite contre la Guinée équatoriale, 4-0, marquant une humiliation sans précédent. L’équipe nationale, autrefois pleine de promesses, se trouve désormais dans une position précaire, avec une qualification pour les huitièmes de finale qui semble relever du miracle.

Après un démarrage prometteur mais finalement trompeur contre la Guinée-Bissau, la Côte d’Ivoire a montré des signes de faiblesse, notamment lors de la défaite contre le Nigeria. La rencontre avec la Guinée équatoriale a révélé une équipe dépassée, avec un milieu de terrain sans inspiration et une attaque inefficace. Cette défaite a provoqué une onde de choc parmi les supporters, entraînant frustration et colère, qui se sont manifestées par des échauffourées et du vandalisme dans les rues.

Publicité

Pour envisager une qualification inespérée, la Côte d’Ivoire, troisième de son groupe avec une différence de buts de -3, doit compter sur des résultats favorables dans d’autres groupes. Dans le groupe C, un match nul entre le Cameroun et la Gambie aurait été bénéfique; ce qui n’est finalement pas le cas. Dans le groupe E, les défaites de la Tunisie et de la Namibie seraient également avantageuses. Enfin, dans le groupe F, des victoires du Maroc et de la RD Congo contre leurs adversaires limiteraient la Zambie à deux points, permettant ainsi à la Côte d’Ivoire de la surpasser au classement des troisièmes.

Ces scénarios témoignent de l’incertitude pesant sur l’équipe ivoirienne, dont les espoirs de progression reposent désormais sur des facteurs externes. En parallèle, cette défaite pose question sur le plan politique et économique, le gouvernement ayant investi massivement dans l’organisation de la CAN. La pression est forte, et une élimination précoce serait perçue non seulement comme un échec sportif, mais aussi comme un revers pour l’image du pays.

La 34e édition de la CAN, malgré une organisation sans faille et un niveau de jeu élevé, pourrait perdre de son éclat si la Côte d’Ivoire, pays hôte, était éliminée. La situation est donc tendue, et les prochains jours seront cruciaux pour déterminer si les Eléphants pourront défier les pronostics et se frayer un chemin vers les huitièmes de finale, malgré les obstacles rencontrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires