Changement climatique : les femmes de médias outillées pour la protection de l’environnement

Ce jeudi 4 janvier 2024, sous l’initiative de l’Institut de recherches halieutiques et océanologiques du Bénin (Irhob), les femmes de médias ont assisté à un atelier de formation sur les enjeux de l’observation de la terre en cette période de la décennie des océans. Lequel atelier entre dans le cadre du programme “Global Monitoring Environment for Security and Africa (Gmes & Africa)” à travers le projet « Marine and Coastal Areas Management in North and West Africa (MarCNoWA).

À l’entame de cet atelier, le représentant du directeur général du Centre béninois de la recherche scientifique et de l’innovation (Cbrsi), Clément Codjo Gnimadi a expliqué qu’à travers cet atelier, le Gmes vise la sensibilisation des jeunes femmes de médias sur les défis relatifs à l’observation de la terre et l’identification des bonnes pratiques pour une meilleure gestion des zones marines et côtières du Bénin. Lors de la première communication, le directeur de l’Institut de recherches halieutiques et océanologiques du Bénin (Irhob), Zacharie Sohou, a présenté le GMES/MarCNoWA et ses objectifs. La deuxième communication animée par le Dr Maurice Ahouansou s’est articulée sur la collecte, le traitement et la diffusion des informations environnementales. Ensuite, à travers une présentation virtuelle, Thioro Niang a expliqué le rôle et la place des femmes dans l’observation de la terre pour un développement durable en Afrique. Elle a expliqué que toutes les femmes peuvent s’impliquer dans l’observation de la terre, peu importe leur profil. Elle a ajouté qu’il importe que les femmes travaillent en synergie avec les hommes pour relever les défis environnementaux, tout en soutenant l’intégration du genre. À travers une communication qui a porté sur ‹‹ la gestion des écosystèmes marins et côtiers au Bénin : cas des aires marines et protégées ››, le Dr Christian Adjé, chercheur océanographe a expliqué que la surpêche, l’urbanisation anarchique, les conflits d’usage ainsi que la pollution environnementale sont défavorables à la protection de l’océan qui est indispensable pour la survie des humains sur la terre.
En effet, l’observation de la terre est l’objectif principal du programme Global Monitoring Environment for Security and Africa (Gmes & Africa) à travers le projet « Marine and Coastal Areas Management in North and West Africa (MarCNoWA) ». L’observation de la terre est une nécessité pour trouver des solutions aux problèmes qui minent l’environnement. Ces dernières années, le monde assiste à de fortes catastrophes naturelles inédites dont la cause n’est autre que le changement climatique avec ses corollaires et conséquences dévastatrices. Néanmoins, les actions néfastes de l’homme ne sont pas à négliger. Ces conséquences sont marquées par la dégradation de la biodiversité et du cadre de vie des populations. Ces calamités naturelles s’illustrent par le réchauffement climatique induit par le changement climatique, mieux encore le déséquilibre de la terre avec plusieurs conséquences néfastes tant sur les espaces physiques, entre autres la désertification, l’érosion des sols, la santé des êtres humains, victimes aujourd’hui de ces calamités sans oublier des inégalités géospatiales et géographiques. Pour faire face à ces phénomènes, les populations doivent être sensibilisées sur le concept du changement climatique et les moyens d’adaptation. Dans cette optique, les médias doivent être mis à contribution pour atteindre de façon optimale les différentes couches sociales de la population, afin de les amener à comprendre les questions liées au changement climatique, les stratégies d’adaptation réussies et aussi, voir comment les amener à développer les aptitudes de résilience. Il faut également associer les jeunes journalistes femmes pour les amener à se spécialiser dans le journalisme environnemental.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *