De l’ADN de porc dans du soja: l’idée à peine croyable d’une entreprise européenne

L’innovation en matière d’alimentation prend parfois des tournants surprenants, voire déroutants. L’exemple le plus récent est celui de Moolec Science, une start-up luxembourgeoise, qui a développé un soja génétiquement modifié contenant des gènes de porc. Ce produit, surnommé «Piggy Sooy», marque une étape controversée dans le domaine des organismes génétiquement modifiés (OGM). La firme propose une approche audacieuse : intégrer des codes d’ADN de protéines animales dans des plantes, visant à reproduire le goût, la texture et la valeur nutritionnelle de la viande. Mais cette démarche soulève des questions importantes. Est-il judicieux, ou même éthique, d’altérer génétiquement des plantes pour leur donner une saveur de viande ?

L’argument principal de Moolec pour justifier son innovation repose sur des considérations environnementales. La production de viande est un contributeur majeur aux émissions de gaz à effet de serre, représentant environ 14,5% des émissions totales. En théorie, les produits comme le Piggy Sooy pourraient réduire la demande de viande, et par conséquent, diminuer l’impact écologique de l’élevage. Toutefois, cette perspective omet d’aborder les multiples dimensions éthiques et sanitaires liées à la consommation d’OGM, en particulier ceux combinant des gènes d’espèces différentes.

Publicité

Sur le plan réglementaire, Moolec Science se heurte à des obstacles. Ses méthodes, qui croisent l’ADN de deux espèces, ne sont pas conformes aux normes européennes et britanniques actuelles sur les OGM. La start-up mise sur une réception plus favorable en Argentine et aux États-Unis, où les régulations sont moins strictes. Cependant, cela souligne une divergence significative dans les approches globales concernant la sécurité et l’acceptabilité des OGM.

L’aspect le plus troublant de cette innovation concerne peut-être les implications éthiques et philosophiques. Introduire des gènes de porc dans des plantes pose un dilemme pour les végétariens et les végans : un produit végétal contenant des gènes animaux reste-t-il un choix acceptable ? Cette question met en lumière une problématique plus large sur les limites de la manipulation génétique dans l’alimentation. Jusqu’où peut-on aller dans l’altération de notre nourriture avant de franchir une ligne éthique ?

De plus, cette démarche incite à réfléchir sur les orientations de la recherche alimentaire. Plutôt que de se concentrer sur l’amélioration des pratiques agricoles durables ou le développement de régimes alimentaires plus respectueux de l’environnement, une part significative des efforts de recherche est dédiée à rendre les produits végétaux plus « appétissants » en les faisant ressembler à de la viande. Cela traduit une obsession curieuse pour la viande dans notre société, au point de modifier génétiquement des plantes pour satisfaire ce goût.

Publicité

Bien que l’idée de réduire l’empreinte écologique de notre alimentation soit louable, les méthodes employées par Moolec Science soulèvent de sérieuses interrogations. Faut-il vraiment aller jusqu’à modifier génétiquement des plantes pour leur donner une saveur de viande, ou devrions-nous plutôt reconsidérer nos habitudes alimentaires ? Il est temps de repenser notre approche de la durabilité alimentaire, en privilégiant peut-être des solutions plus naturelles et respectueuses de l’environnement.

Une réponse

  1. Avatar de Grégoire LOKOUI
    Grégoire LOKOUI

    ***@gmail.com

    Je suis intéressé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *