Énergie: des experts français travaillent sur un projet inédit

De plus en plus, les regards se tournent vers la production et l’utilisation d’énergies qui se veulent plus propres. En effet, pétrole et gaz coûtent très cher en plus de polluer la planète. Face aux besoins, les scientifiques tentent ainsi d’innover. C’est notamment le cas d’experts français, membres de l’ITER.

Ces derniers travaillent autour des réactions de la fusion, soit la même énergie qui alimente le soleil, à travers la construction et l’observation d’un réacteur thermonucléaire expérimental international. L’une des machines les plus complexes qui n’aient jamais été pensées et conçues par la main de l’Homme, comme l’explique le responsable de la communication de ce projet, Laban Coblentz.

Publicité

Un réacteur novateur, pour une énergie propre ?

Il faut dire que si les scientifiques parviennent à maîtriser tout le processus, ils pourraient offrir au monde, une source d’énergie alternative, propre et quasi illimitée. Si le processus de fission est bien connu, ne génère pas de gaz à effet de serre, et est bien maîtrisé des scientifiques (ce qui la rend assez stable à condition naturellement que le personnel chargé de la gérer et la superviser soit bien formé), le processus de fusion nucléaire est assez novateur, pour l’utilisation ciblée.

L’objectif de l’équipe ITER ? Démontrer que ce processus peut être utilisé et appliqué à l’échelle “industrielle”. Les chercheurs travaillent notamment autour du Tokamak, la plus grande chambre de confinement magnétique du réacteur. Lorsque celle-ci sera terminée, et en état de fonctionnement, elle pourrait être théoriquement en mesure de produire de l’énergie à l’échelle, à condition que de la chaleur soit constamment produite. Et justement, pour fonctionner, cette chambre va utiliser des particules pour chauffer de l’eau qui viendra alimenter une turbine.

Un coût exorbitant

Un projet qui aura été très coûteux, en temps d’une part. Débuté en 2005, il devrait permettre de parvenir à être fonctionnel en 2035. En argent, ensuite. Le budget initial pour le projet ITER était de 5.5 milliards de dollars. Aujourd’hui, la facture oscillerait plutôt autour des 22 milliards de dollars. Pour autant, si la réussite du projet venait à être confirmée, les bénéfices pour les citoyens et la nature pourraient être d’une rare importance.

3 réponses

  1. Avatar de L’occidental
    L’occidental

    Quand les russes et les chinois vous auront bouffé jusqu’à la moelle vous reviendrez vers les occidentaux.
    Il y a longtemps que les colonies ont disparu pour laisser place à vos régimes corrompus. C’est plutôt la dessus que l’Afrique devrait travailler.
    Vos commentaires n’ont rien à voir avec l’article et méritent d’être supprimés.

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Nous faisons face partout dans le monde, compris en Afrique, à des nazis étasuniens, européens et supremacistes blancs sud africains, qui ont un pouvoir financer non négligeable et qui y dictent leur loi. Et qui se présentent à nous comme des anges s’il le faut pour mieux nous voler, discrètement.

  3. Avatar de Tchité
    Tchité

    LIT existe depuis des décennies sans donner de grands résultats, après avoir consommé des milliards d’euros.

    Les Sud coréens qui viennent de commencé ont déjà atteint un résultat jamais inégalé au auparavant, c’est à dire une fusion propre et ininterrompue de 30 secondes.

    Raison de plus pour diversifier nos partenaires et aller chercher ailleurs des gens qui, avec peu de moyens, atteignent de façon efficiente des résultats inégalé.

    1. Pas de français pour diriger notre aéroport (lieu stratégie, C’est un espion plutôt )
    2. Pas de Belges à la tête de notre port (Ce sont des espions )
    3. Beaucoup de Béninois et Africains sont aujourd’hui formés et experts en tout. Il faut leurs faire appel.
    4. L’Afrique aux Africains en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *