Fusion nucléaire: la Chine appuie sur l’accélérateur

La Chine, déterminée à consolider sa position de leader mondial dans la course à la fusion nucléaire, vient de franchir une étape majeure en érigeant une super-structure dédiée à cette technologie innovante. Annoncé récemment, le Controllable Nuclear Fusion Innovation Consortium incarne le rassemblement exceptionnel des acteurs les plus éminents de la Chine dans le domaine de la fusion nucléaire. Sous la gouvernance de la China National Nuclear Corporation, ce consortium ambitieux réunit une cohorte impressionnante d’entreprises et d’institutions académiques, reflétant ainsi la détermination de la Chine à jouer un rôle prépondérant dans cette révolution énergétique.

Composé d’environ une trentaine d’acteurs de premier plan, ce consortium de fusion nucléaire accueille les géants industriels chinois tels que China Three Gorges Corporation, reconnue pour son expertise dans les énergies renouvelables, en particulier dans les barrages hydro-électriques, ainsi que la State Grid Corporation, acteur majeur de la distribution mondiale d’électricité. Également présente dans ce consortium est la China Baowu Steel Group, leader mondial dans la production d’acier, témoignant ainsi de la diversité des secteurs impliqués dans cette entreprise d’envergure.

Publicité

Au total, ce consortium se compose de 25 entreprises publiques, s’associant aux principaux instituts de recherche et universités du pays. Ensemble, ces acteurs de renom ont pour objectif de stimuler le développement accéléré de la fusion nucléaire, consolidant ainsi la position avancée de la Chine dans cette course technologique mondiale.

La Chine a marqué des avancées significatives dans ses recherches sur la fusion nucléaire, visant principalement à atteindre l’objectif majeur d’une réaction de fusion auto-entretenue, éliminant ainsi le besoin d’une alimentation énergétique constante. Parmi ses réalisations notables, le pays a créé un « soleil artificiel » via un tokamak, atteignant des températures vertigineuses de l’ordre de 70 millions de degrés Celsius. Cette prouesse représente cinq fois la température maximale enregistrée à la surface du soleil réel, illustrant ainsi les avancées significatives de la Chine dans cette voie technologique.

Il est également pertinent de souligner l’engagement de la Chine au sein du projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), rassemblant 35 pays pour développer le plus grand tokamak au monde, basé en France. Cette participation démontre l’implication et la collaboration internationale de la Chine dans la recherche sur la fusion nucléaire, contribuant ainsi à l’avancement collectif de cette technologie aux enjeux mondiaux considérables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *