Le Burkina annonce avoir déjoué un coup d’état

Selon un communiqué officiel du gouvernement du Burkina Faso, une tentative de coup d’État aurait été déjouée par les forces de sécurité nationales. Ce rapport gouvernemental, diffusé récemment, fait état d’une coalition hétérogène composée de militaires actifs et radiés, de civils et d’activistes, qui aurait planifié de déstabiliser les institutions du pays. Ces informations, présentées par les autorités, décrivent une tentative de mettre fin au processus de Refondation nationale, un projet central pour l’avenir du Burkina Faso.

Le communiqué indique que les services de renseignement étaient en alerte depuis le 13 janvier 2023 et ont travaillé activement pour contrecarrer ce qui est décrit comme un réseau de déstabilisation. Le gouvernement affirme que l’opération était prévue pour le 14 janvier 2024, dans le but de renverser les structures de pouvoir en place et de plonger le pays dans le chaos.

Publicité

Selon les autorités, les conspirateurs auraient mobilisé des individus dans plusieurs casernes militaires et auraient bénéficié du soutien de certaines organisations de la société civile. Des fonds auraient été transférés de l’étranger pour soutenir cette entreprise. Des actions telles que des attaques contre les sièges de veille citoyenne étaient apparemment prévues pour affaiblir le soutien populaire à la transition démocratique.

Le communiqué gouvernemental mentionne que les enquêtes ont révélé des liens entre différents acteurs, suggérant l’existence d’un groupe cherchant à influencer les décisions politiques du pays. Plusieurs arrestations de militaires et de civils ont été effectuées, et des investigations supplémentaires sont en cours pour déterminer l’ampleur de l’implication dans cette affaire.

Enfin, le gouvernement burkinabé a assuré qu’il suivra les procédures légales pour éclaircir ces événements et informer la population nationale et internationale. Ce communiqué, tout en informant sur un événement majeur, soulève des questions sur la situation actuelle au Burkina Faso et met en lumière les défis auxquels le pays est confronté en matière de sécurité et de stabilité politique.

10 réponses

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    Tiens bon ib. La patrie ou la mort, nous vaincrons. La liberté, quelle économique ou physique a un prix.

    1. Avatar de (@_@)
      (@_@)

      « Tiens bon…La patrie ou la mort »
      Si tu avais la bonne idée d’aller lui filer un coup de main. ça nous fera des vacances, et ça te dégourdirait un peu.
      Et puis, qui sait ? Sur la zone de front tu pourras entamer la culture de ton jardin dans le désert.

      \\\\.///
      (@_@)

  2. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    « Le Burkina annonce avoir déjoué un coup d’état »
    Qui vraiment croit à ce mensonge perfide élaboré? Il n’y a aucun loup à l’horizon. Les putschistes inventent des pièces de theatre pour consolider leur position. Bande de menteurs/dictateurs ignorants.

    1. Avatar de Jojolabanane
      Jojolabanane

      Je valide
      C’est du theatre

  3. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    De quoi se plaignent les putschistes au pouvoir à Ouaga. C’est bien eux qui ont ouvert le bal et donné l’exemple.

    ça plait apparemment, ils devraient se réjouir

    \\\\.///
    (@_@)

  4. Avatar de Jean
    Jean

    A quand l’ alternance au Burkina, au Mali et au Niger? Tonton « Seba » le russo putish serait la personne indiquée pour nous situer.

    1. Avatar de Belmo
      Belmo

      Dans tes rêves, il n’y aura jamais d’élections dans ces pays tant qu’il y aura pas de terroristes.

      1. Avatar de Belmo
        Belmo

        Lire plutôt tant qu’il aura encore de terroristes.

  5. Avatar de Tchité
    Tchité

    De l’extérieur

  6. Avatar de Tchité
    Tchité

    Comme je l’ai toujours dit ici, le premier ennemi de l’Africain, c’est lui-même
    Les autres ne font que profiter de la situation.
    « Une civilisation n’est détruite de l’intérieur que lorsqu’elle est rongée de l’intérieur. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *