Militaires américains tués: colère de Joe Biden qui promet une riposte

Ce dimanche 28 janvier, en Jordanie, une attaque au drone a fait trois victimes américaines ainsi qu’une trentaine de blessés. C’est la première fois, depuis le 7 octobre 2023, que des soldats américains ont trouvé la mort dans la région du Morien-Orient, où de nombreuses instabilités ont été observées.

Interrogé à ce sujet à l’occasion d’un déplacement en Caroline du Sud, le président Joe Biden n’a pas manqué de réagir à ces actualités, en affirmant que l’Amérique avait le cœur lourd, en cette journée marquée par le deuil. Le chef de l’État a continué, en rappelant les faits, à savoir une violente attaque tout près de la frontière syrienne, par des combattants basés en Irak ou en Syrie, qui seraient directement soutenus par l’Iran.

Publicité

3 militaires américains décèdent en Jordanie

Face à cette attaque et à ce triste bilan, les forces américaines répondront. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le président, en expliquant que les responsables de cette attaque devront rendre des comptes. Des accusations à l’encontre de Téhéran, que l’Iran a rapidement réfutées. Selon Nasser Kanaani, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cette déclaration américaine vise surtout à “inverser la réalité des rôles”, rappelant dans le même temps les actions d’Israël à Gaza.

Trump accuse Biden de faiblesse

Dans cette base américaine, 350 personnes travaillent toute l’année, notamment pour lutter contre l’État Islamique. Au cours de ces affrontements, 34 personnes ont été blessées et huit d’entre elles ont dû être évacuées. Un lourd tribut, que les opposants au président Biden n’ont pas manqué de lui attribuer. Alors que la course à la Maison-Blanche fait déjà rage, Donald Trump a accusé son prédécesseur de faiblesse.

Du côté international, les réactions ont aussi été vives. Égypte, Bahreïn ou encore Royaume-Uni et Jordanie sont montés au créneau, en demandant à Téhéran de ne plus jouer l’escalade dans la région. L’attaque, elle, a été revendiquée par la “Résistance islamique en Irak”, un groupuscule composé de plusieurs membres d’anciens groupes armés iraniens ou pro-iraniens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *