Or en Afrique : deux banques lèvent 100 millions $ pour construire une mine

Cela fait quelques années maintenant que le Burkina Faso s’est imposé comme une référence en matière d’exploitation aurifère en Afrique. En effet, le pays des Hommes Intègres est dans le peloton de tête des nations africaines productrices d’or. Le métal jaune est le premier produit d’exportation du Burkina Faso. De nouveaux projets sont en cours afin d’accroître la capacité de production aurifère du pays sahélien.

Selon nos confrères de l’agence ecofin, Coris Bank International et Sprott Resource Lending se sont associés pour débloquer la somme de 100 millions de dollars dans le but d’opérationnaliser la phase de construction de la mine de Kiaka. C’est l’entreprise australienne West African Resources qui va piloter le processus de construction de la mine. Les 100 millions de dollars font partie d’une première tranche de financement.

Publicité

D’après des sources concordantes, la banque burkinabè Coris Bank et son partenaire Sprott Resource Lending vont apporter un autre capital de 265 millions $ pour la phase finale du projet. Idrissa Nassa, le président de Coris Bank a exprimé sa satisfaction en ces termes : « Kiaka est un projet de classe mondiale qui aura un impact économique et social important sur les communautés de la région de Manga, tout en contribuant de manière significative au PIB du Burkina Faso. Nous sommes très fiers d’apporter un financement local au projet aurifère de Kiaka  ». Selon les prévisions, la mine de Kiaka sera en mesure de produire 100 tonnes d’or sur 18,5 ans, de quoi faire entrer une quantité importante de capitaux dans les caisses de l’État.

Si tout se déroule bien, la mine sera livrée en 2025. Pour exploiter comme il se doit sa première ressource, le gouvernement burkinabè a enclenché des réformes audacieuses. L’on se souvient qu’il y a quelques semaines, le pouvoir du capitaine Ibrahim Traoré a lancé les travaux de construction de la première raffinerie d’or du Burkina Faso. Cette raffinerie aura pour fonction d’apporter une réelle plus-value dans la chaîne de valeur du secteur aurifère burkinabè.

Confrontée à une crise sécuritaire qui dure depuis 8 ans maintenant, l’industrie minière burkinabè a connu des périodes mouvementées. Cependant, grâce aux immenses efforts qui sont déployés actuellement pour ramener la paix au pays, les investissements se font sentir dans le domaine de la production de l’or. Ce domaine participe grandement à financer la lutte contre le terrorisme. La mine d’or de Kiaka va venir apporter une importante source de revenus au budget de l’État. De plus, ce genre de projet est le plus souvent accompagné d’initiatives novatrices pour les populations locales avec la réalisation d’infrastructures sanitaires et sociales, sans oublier l’avènement d’une économie circulaire dynamique.

Une réponse

  1. Avatar de Kouam Brice Landry
    Kouam Brice Landry

    Je suis conducteur d’engins btp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires