Pays occidentaux: le FMI a une très mauvaise nouvelle

Le monde du travail fait actuellement face à d’importants bouleversements. Au niveau besoin, tout d’abord, avec des exigences autres désormais imposées par les jeunes talents (mobilité, flexibilité) mais aussi structurels, avec l’arrivée des outils d’IA (intelligence artificielle), qui sont d’ailleurs amenés à prendre une place de plus en plus importante dans le secteur.

D’ailleurs, le FMI se montre inquiet. Interrogée dimanche dernier à l’occasion du Forum de Davos, Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a expliqué que, selon les projections du Fonds, l’intelligence artificielle pourrait avoir des répercussions sur 40 à 60% des emplois actuels. Les pays émergents sont les plus concernés.

Publicité

L’IA pourrait impacter 40 à 60% des emplois

Des répercussions qui ne sont pas nécessairement négatives. En effet, l’utilisation de l’intelligence artificielle peut signifier une hausse de ses revenus et donc, un meilleur niveau de vie, à condition d’en maîtriser les outils et les usages. En revanche, il apparaît quasi certain que l’IA devrait accentuer les inégalités salariales entre les individus. Les classes moyennes pourraient pâtir, contrairement aux salariés aux revenus déjà très intéressants, qui pourraient davantage y trouver leur compte, grâce à une hausse de leur productivité.

Des inégalités entre les individus et les pays

Outre le sujet des inégalités salariales, c’est aussi la question de l’inégalité géographique qui se pose. Toujours d’après le rapport du FMI, trois pays sont particulièrement bien préparés aux technologies en lien avec l’intelligence artificielle. Il s’agit du Canada, de Singapour et enfin, des États-Unis. Les pays les plus pauvres sont à la traîne et pourraient, pour certains, manquer le coche, supposant ainsi l’accentuation des inégalités, non pas entre les individus eux-mêmes, mais entre les peuples, entre les pays.

Comment faire pour empêcher que le fossé ne se creuse ? La patronne du FMI insiste, tout le monde devra se poser la question de comment en tirer le meilleur avantage pour tous. Reste que la technologie en elle-même en est encore à ses balbutiements. Loin d’être mature, le marché voit des dizaines d’acteurs, pour ne pas dire de centaines, se lancer en proposant de nouveaux produits présentés comme de belles opportunités. Difficile donc d’y voir clair.

Une réponse

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

     » Difficile d’y voir clair  » , alors pourquoi s’en inquiéter ? La menace de l’IA pèse sur le monde dit développé, alors que l’autre monde n’est sûrement pas impacté au vu du niveau technologique . Si le FMI s’en inquiéte c’est que monde occidental , dit développé, en sera sérieusement impacté .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *