,

Retraite des FDS au Bénin : La raison fondamentale selon Wilfried Houngbédji

Le porte-parole du gouvernement était face aux hommes des médias ce vendredi 26 janvier 2024. A cette occasion, Wilfried Léandre Houngbédji a éclairé les journalistes sur la raison fondamentale qui sous-tend la mise à la retraite d’office par le gouvernement de 1 074 agents des Forces de défense et de sécurité (FDS) dont 700 militaires, 315 Policiers républicains, 30 douaniers et 29 forestiers.

Selon lui, « c’est un fait statutaire prévu par les textes qui régissent les forces de défense et de sécurité et assimilés ». C’est donc en conformité de la loi 2020-19 du 3 juillet 2020 portant Statut spécial des personnels des forces armées du Bénin. Cette mesure de mise à la retraite, à en croire le secrétaire général adjoint du gouvernement s’inscrit également en droite ligne de la volonté manifeste du pouvoir en place à apporter son appui aux forces de défense et de sécurité dans la gestion des défis sécuritaires auxquels s’expose le Bénin depuis quelques années. « C’est ce gouvernement, vous l’avez observé, depuis quelques années, s’est employé à renforcer suffisamment les effectifs au niveau des forces de défense et de sécurité », a justifié Wilfried Léandre Houngbédji. Le recrutement de 5000 jeunes au profit de l’armée béninoise est une preuve irréfutable, a-t-il indiqué au cours de cette rencontre hebdomadaire avec la presse.

Publicité

Ces actions témoignent véritablement de ce que le fonctionnement des FDS constitue une préoccupation majeure pour le gouvernement. « C’est une retraite normale comme celui qui aurait fait 30 ans de métier. A partir du moment où c’est prévu dans les textes que ça puisse se faire, c’est normal », a martelé le porte-parole du gouvernement. « Si vous êtes professionnel de ces différents corps, le jour où vous les intégrez, vous savez très bien qu’à un moment donné, dès que les conditions sont remplies, vous pourriez être amené à jouir de votre retraite de façon d’office », a-t-il ajouté.

Le SGAG Wilfried Léandre Houngbédji a évoqué cette même question, mercredi lors d’un point de presse. Pour ceux qui pensent que cette décision prise par le gouvernement vise notamment certains hauts gradés de l’armée, le porte-parole du gouvernement a fait savoir que ce n’est pas une punition. C’est une pratique courante sous d’autres cieux, a-t-il laissé entendre. Mais des voix s’élèvent déjà contre cette mesure gouvernementale. C’est le cas par exemple du Parti communiste du Bénin (PCB) qui estime que cette mesure de mise à la retraite d’office de certains agents des FDS est un véritable désastre psychologique, un règlement de comptes et une manœuvre inacceptable et contraire aux intérêts supérieurs du Bénin.

6 réponses

  1. Avatar de Caporal Adogonon Supérieur
    Caporal Adogonon Supérieur

    Nous les jeunes allons prendre les postes et les hauts grades…et pas de Tchiani ni Doumboumyo

  2. Avatar de Naimi
    Naimi

    Moi je n’ai pas compris qu’est ce qui justifiait cette mise à la retraite d’office de plus de 1.000 fonctionnaires en uniformes. Que ce soit monnaie courante ailleurs, pourquoi pas? Mais est-ce obligé de le faire parce que c’est monnaie courante?
    Donnez-vous des explications claires. Qu’est ce que ça cache?

  3. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Partisan de première heure…!!!
    Ce cré tin.. recherche toujours des occasions..de se prendre…pour important…
    Ce gui gnol..des réseaux sociaux..nous pompe l air

  4. Avatar de Ledoux
    Ledoux

    C’est un reglement de compte.

  5. Avatar de Salako
    Salako

    Le pouvoir a peur d’un coup d’État et anticipe, très tôt, sur ce risque par rapport à ce qu’il prépare pour 2026. Ce sont des éléments bien ciblés qu’on a envoyés à la retraite forcée. Ce sont les militaires qui sont surtout visés mais on a donné le change en mélangeant à cette cible les douaniers, policiers et forestiers. C’est pour tromper. Et le timing a été bien choisi pour ne pas éveiller les soupçons

  6. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Ce que dit notre ami Léandre Houngbedji n’est pas convaincant.
    L’esprit de la loi 2020- 19 du 3 Juillet 2020 portant statut spécial des FDS demande t-il de mettre à la retraite forcée le cordon ombilical que représente les anciens ayant déjà cumulés 20 ans ou plus dans le corps pour une restructuration avec de nouveaux agents jeunes inexpérimentés ??
    Les recrues officiers ou sous officiers sortis des écoles ont-ils la même lecture des défis sécuritaires de notre pays ???
    Posez-vous la question.
    Je ne connais pas les tenants et aboutissants de cette décision mais en tant partisan des premières heures de ce pouvoir de salut national et de développement ; ça me pose un problème de conscience et de justice sociale.
    On peut revoir la copie et nous nous remettons au pouvoir discrétionnaire du chef de l’Etat .
    Le Plombier universitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *