Comment la Russie compte contrer l’OTAN avec cette IA ?

Le conflit russo-ukrainien n’en finit plus de s’enliser. Cela fait près de deux ans que les deux pays se livrent une guerre sans merci. Le conflit a engendré de lourdes répercussions sur le plan humain et matériel. Pour le moment, personne n’est en mesure de prédire la date de cessation des hostilités entre Moscou et Kiev. Au tout début du conflit, nombreux sont les avis qui estimaient que l’opération militaire russe allait être fulgurante et que l’Ukraine n’allait pas être capable de résister.

Les choses ne se sont pas déroulées comme annoncé. Dès le début du conflit, Kiev a pu compter sur le soutien sans faille d’une grande partie du monde occidental, les États-Unis en tête. De son côté, les soutiens de la Russie ne courraient pas les rues. La Chine, allié traditionnel du Kremlin, a préféré adopter une posture neutre, privilégiant une solution pacifique. La Corée du Nord et la République islamique d’Iran sont les principaux alliés de la Russie. Pour certains analystes, la guerre en Ukraine est une confrontation indirecte entre la Russie et les alliés de l’OTAN.

Publicité

Bien que l’OTAN n’ait pas envoyé de troupes sur le théâtre des opérations, l’organisation transatlantique, à travers ses membres, équipe les unités des forces armées ukrainiennes. Les chars Leopard (Allemagne), AMX-10 RC (France), Abrams et Bradley (États-Unis) ont permis à l’Ukraine de renforcer son arsenal. La Russie a développé de son côté des technologies qui en théorie doivent lui permettre de neutraliser les armes des alliés de l’OTAN.

Tout récemment, la société russe Hardberry-Rusfactor a mis au point un logiciel d’IA qui peut reconnaître, avec précision, l’armement militaire de l’OTAN. Le logiciel IA a été baptisé NAKA. Selon les concepteurs de NAKA, l’IA offre la possibilité aux troupes russes de détecter n’importe quel matériel militaire « ennemi » en zone rouge. Selon Alexeï Guerman, le directeur de Hardberry-Rusfactor, le logiciel NAKA peut s’installer sur divers types d’appareils, notamment des drones.

Pour faire simple, Alexeï Guerman a notifié que NAKA est un réseau de neurones universel qui est compatible avec tout type d’appareils de reconnaissance. « Un engin transmet une vidéo à la console de l’opérateur, et le programme installé dans cette console met une zone en couleur verte et notifie: « Ceci est un Léopard, et ceci est un Bradley avec une probabilité de 85% », détectant les coordonnées exactes de son emplacement » a livré le patron de Hardberry-Rusfactor. Des sources concordantes indiquent que le logiciel NAKA peut être utilisé dans d’autres secteurs tels que celui de l’agriculture. Équipés de ce logiciel, des drones agricoles peuvent accroître les rendements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *