France: la marine renforce son arsenal de cet armement spécial

Alors que le monde entier se trouve actuellement dans une phase de tensions aggravées, les forces armées du monde entier tentent assez rapidement de renouveler leur arsenal militaire. L’objectif ? Faire preuve de dissuasion et tout mettre en place afin d’assurer leur intégrité territoriale et leur souveraineté.

C’est aussi le cas en France ou la marine nationale a confirmé qu’elle allait renforcer son arsenal de guerre avec de nouveaux drones. Une décision annoncée dès 2021, à la suite de l’annonce d’un grand plan de soutien de la part du gouvernement à l’encontre de la filière de l’aéronautique. À cette époque, le commandement a, dans la foulée, annoncé l’acquisition auprès de Survey Copter (une filiale d’Airbus), la commande de 11 mini-drones aériens.

Publicité

La France investi dans des drones pour sa marine nationale

Chacun de ces systèmes de drones comporte deux aéronefs, de type Aliaca. À cela s’ajoute une station de contrôle, pour pouvoir piloter et gérer les drones à distance, lors d’exercice, phases de tests et missions périlleuses. Un contrat dont le montant total est évalué à 19.7 millions d’euros. Sont compris dans cette somme : le matériel, la formation ainsi que le soutien logistique.

Ces drones permettent notamment de surveiller certaines zones bien déterminées et d’identifier l’ensemble des navires qui circulent dans ce quadrillage. Récemment, ce drone a dévoilé toute son efficacité à l’occasion d’une opération menée dans le golfe de Guinée, qui a permis de déceler la présence d’un cargo transportant de la cocaïne. Il a ensuite été utilisé pour localiser un bâtiment pris et détourné par des pirates.

Une nouvelle commande de 15 SMDM confirmée

Les résultats et le côté très opérationnel de ces drones ont d’ailleurs convaincu la marine française d’aller plus loin. Celle-ci a ainsi passé une seconde commande, qui devrait lui permettre de recevoir 15 drones SMDM (Systèmes de mini-drones aériens embarqués pour la Marine) supplémentaires. Une commande d’une valeur de 30 millions d’euros, qui démontre, selon les équipes Survey Copter, qu’une vraie relation de confiance s’est nouée entre la marine nationale française et leur technologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *