Mali, Burkina et Niger : « Il est impossible que ces pays s’isolent », selon Lionel Zinsou

L’ancien premier ministre béninois Lionel Zinsou s’est prononcé sur le retrait des pays membres de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) à savoir le Mali, le Burkina-Faso et le Niger de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Reçu sur Rfi, le co-président de la Banque d’investissement panafricaine Southbridge a laissé entendre que cette décision, qui est la conséquence d’une vraie crise avec la Cédéao, était prévisible.

Il n’a pas manqué de revisiter les implications socio-économiques de cette décision de ces pays du Sahel. A la question de savoir si la Cédéao est allée trop loin dans ses sanctions, Lionel Zinsou a répondu que la suspension de ces pays est dans la logique des institutions. « Chacun est dans sa propre légitimité : la Cédéao veut faire respecter ses principes de droit, et les pays du Sahel tentent d’échapper à des sanctions qui ont des conséquences économiques et sociales importantes », a-t-il déclaré.

Publicité

Selon l’ancien premier ministre béninois, ce départ de la Cédéao a bien des conséquences non seulement sur les pays concernés mais aussi sur les opérateurs économiques. « Quand le Mali, le Burkina Faso et le Niger auront quitté la Cédéao, des droits de douanes vont s’appliquer pour faire entrer leurs marchandises dans les pays membres de communauté économique. Cela risque donc d’être un petit peu plus difficile pour les entreprises de ces pays qui travaillent déjà dans toute la région, mais aussi pour attirer de nouveaux investisseurs », pense-t-il.

Pour le banquier d’affaires, la situation économique de ces pays sahéliens sera compliquée d’autant plus qu’ils sont des fournisseurs importants des pays côtiers, notamment en denrées animales. « Les choses vont être aussi plus compliquées pour les services de transports et les ports, puisque les pays de l’Alliance des États du Sahel (formée par le Mali, le Burkina Faso et le Niger en septembre 2023) sont enclavés », confie Lionel Zinsou à RFI. Il va faire observer que ces pays ne peuvent pas évacuer leurs productions vers le Nord en traversant le désert de l’Algérie. « En outre, il est impossible que ces pays s’isolent, car d’un bout à l’autre de la Cedeao, les échanges de population sont trop importants », estime le co-fondateur de la société de conseil Southbridge.

Selon lui, on ne peut pas couper les pays les uns des autres, car ils sont beaucoup plus intégrés qu’on ne le croit. Lionel Zinsou a expliqué que les statistiques douanières ne prennent pas en compte le commerce informel, qui est très important. « Il faudra bien évacuer l’uranium et le pétrole du Niger par le Bénin, ou encore envoyer de l’électricité de la Côte d’Ivoire jusqu’au Mali. Même d’un simple point de vue culturel et humain, les pays sont trop liés pour qu’ils s’isolent. Il faudra traduire ça institutionnellement : soit par des accords bilatéraux, soit par un compromis avec la Cédéao, soit par un régime particulier », a-t-il illustré. Après la Cédéao, les pays membres de l’AES seraient en train d’envisager sans doute leur retrait de l’Uémoa et créer leur monnaie commune.

Publicité

Mais pour le banquier d’affaire, cela n’est pas gagné d’avance. « C’est en tout cas beaucoup plus compliqué que de sortir d’un marché commun », souligne-t-il. « L’Uemoa permet d’échanger avec le reste du monde en utilisant les ressources de devises de tous les pays membres. Elle permet aussi de financer les déficits budgétaires de ses membres », explique Lionel Zinsou qui pense que cela n’est pas évident dans le cas des pays de l’Alliance des États du Sahel, qui ont deux déficits importants et une situation sécuritaire difficile. « Quant à la création d’une monnaie commune, c’est un processus très complexe. En Afrique de l’Est, la communauté d’Afrique de l’Est (EAC) travaille depuis des années à créer une monnaie commune entre le shilling kenyan, tanzanien, ougandais et le franc burundais et rwandais… Ce sont des démarches très difficiles », conclut-il.

12 réponses

  1. Avatar de Tube
    Tube

     »’Mali, Burkina et Niger : « Il est impossible que ces pays s’isolent », selon Lionel Zinsou »’
    Bof!
    Monsieur de La Palisse n’aurait pas dit mieux.

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Aucun soldat, aucune logistique, aucune compassion »: Traoré sur les raisons du retrait de la CEDEAO

  3. Avatar de Ughozile Edward M’PHOMO
    Ughozile Edward M’PHOMO

    Crise d’identité. En France on te demande d’être candidat chez les noirs comme toi. Chez les noirs on de brandit des pancartes “TIUT SAUF LE BLANC. Finalement tu est d’où au point de te permettre de médire sur la vraie authentique et crédible organisation sous-régionale qu’est l’AES?

  4. Avatar de MR DUMAGGREB
    MR DUMAGGREB

    Tout ceci est trop long. Sera-t-il candidat aux prochaines élections présidentielles du Bénin?
    Ce qu’il vient de raconter me conforte à l’idée que les béninois ont bien fait de le tenir hors de la tête du pays même si le choix qui est fait est tout aussi mauvais.
    L’AES est sortie de la CEDEAO: c’est fait et rien ne fera y revenir les 3 pays. La CEDEAO est morte et si le besoin de créer une nouvelle communauté économique était indispensable, seule l’AES servira de base. CEDEAO, avec la France et l’Occident tirant les ficelles dans les ténèbres, plus jamais.
    Venons à la création de la nouvelles monnaie. Monsieur Lionel Zinsou fait un parallèle avec la CEMAC et conclut que ce sera difficile pour l’AES de sortir de l’UEMOA et de créer leur propre monnaie. La, il faut attendre de voir. Qui sait si la nouvelle monnaie n’attend que d’être mise sur le marché! Les dirigeants de l’AES sont crédibles et cohérents. Il y a une logique et une objectivité dans leurs actes et paroles. La logique voudra que la sortie de la CEDEAO soit suivie du retrait de l’UEMOA, de la BCEAO et du franc colonial, nazi, instrument par excellence de domination économique qu’est le CFA.
    Les perspectives dans le succès economico- financier ainsi que monétaire de l’AES sont reluisantes. Des leçons ont été tirées de l’expérience (années 1969-1990) de la Guinée de Sékou Toure et autres pays dont le Bénin sur le plan politico-monétaire, ainsi que des régimes militaires et civiles qui se sont opposés à l’asservissement et à la domination de l’impérialisme occidental et en particulier celui de la France qui a fait tant de souffrance à nos pays.
    Dans l’AES, des intellectuels compétents et patriotes travaillent aux côtés de l’armée avec l’appui de la Russie, la Chine, l’Iran, la Corée du Nord, l’Inde, la Turkey et autres véritables partenaires crédibles dans une ambiance de résilience et de soutien total des peuples.
    Contrairement à ceux qui prédisent et souhaitent le chaos à la nouvelle dynamique émancipatrice, d’indépendance et de liberation totale vis-a-vis notamment de la France, je souhaite pour ma part plein succès au Liptako- Gourma: longévité aux 3 leaders, longévité des 3 présidents à la tête de leur pays, surtout qu’ils retirent de leur agenda l’organisation des “élections démocratiques” dans les 3 à 5 prochaines décennies.
    Calmez vous. Les gens sont chez eux. Il savent ce qui est bon pour eux.

    1. Avatar de Ac
      Ac

      Où avez-vous lu qu’il a parlé de cemac? vous êtes incapable de faire une analyse correcte, mais vous voulez quand même donner un avis. Retournez lire Lionel zinsou.

      1. Avatar de BananeVerte
        BananeVerte

        Oui! ces fanatiques de la connerie ont des arguments prêts à être injectés dans n’importe quel article.
        T’inquiète! la co+nn+eri+e a encore de beaux jours devant elle.

  5. Avatar de Napoléon
    Napoléon

    Lionel Zinsou, c’est la France Afrique qui parle. Que connait-il des problèmes africains ?. Celui-là qui a voulu prendre seulement les rosines de la politique béninoises et s’est fourvoyé dans la corruption béninoise pour être condamné à ne plus pouvoir se présenter aux élections ?

  6. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    Monsieur Zinsou Lionel arrêtez vite fait et bien ici et maintenant votre terminologie, des impérialistes néocolonialisme d’accord. Ils éloignent pleinement et non retour en arrière d’accord
    Comme je me plais toujours à dire que c’est l’Afrique qui nourrir la France et l’Occident depuis la nuit des temps, et nous sommes à l’ere du verseau c’est à dire du changement !!!
    Vive l’Aes notre nouvelle Cedeao des peuples.
    Dois-je rappeler que l’union européenne avait commencé à trois et aujourd’hui ils sont vingt-six . L’Afrique nous vaincrons voyez l’affaire notez moi très très bien ça dixit Dr Doss

  7. Avatar de Korroh
    Korroh

    S’il y a une façon sûre de mourir, c’est de penser que le médecin ment quand le diagnostic qu’il fait de votre santé ne vous est pas favorable ou est très inquiétant. C’est la politique de l’autruche, enfoncer la tête dans le sable en laissant le reste du corps à la portée du prédateur. Continuez à faire la sourde oreille en pensant que vous avez fais raison sur toute la ligne. On verra la où ça nous mènera. Bon courage à vous

    1. Avatar de Djibril
      Djibril

      👍🍾

  8. Avatar de Tchité
    Tchité

    Un produit du système colonial Rotschild lui-même.
    La Mauritanie est sortie de la cedeao et se porte très bien aujourd’hui.

    1. Avatar de K. Léon
      K. Léon

      Oui, c’est vrai. L’autre a oublié et oublié qu’il existe et existera des relations bilatérales entre les États de l’AES et ceux restants de la CEDEAO si celle-ci devrait survivre à ce retrait et il ne voit apparemment les problèmes que relativement aux États de l’AES. Les États qui demeureront dans le reste de la CEDEAO reprendront contact avec ceux de l’AES pour renégocier leurs relations diplomatiques bilatérales dans l’intérêt de leurs peuples respectifs….dans tous les domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *