Report de la présidentielle au Sénégal : que faut-il retenir ?

2024 est une année charnière pour le Sénégal. Voilà plusieurs semaines maintenant que les Sénégalais se préparent à se rendre aux urnes pour désigner le nouveau président du pays. Après avoir effectué deux mandats à la tête du Sénégal, Macky Sall va passer le flambeau à une personnalité. Présentement, l’actualité au pays de la Teranga est marquée par l’effervescence autour de la campagne présidentielle.

Plusieurs poids lourds de la scène politique sénégalaise sont dans les starting-blocks pour s’asseoir sur le fauteuil présidentiel. Cependant, ce samedi 03 février, Macky Sall a pris tout le monde de court en signant un décret qui va confirmer le report de la présidentielle. « J’ai signé le décret 2014-106 du 3 février 2024, abrogeant le décret 2023-2283 du 29 novembre 2023, portant convocation du corps électoral » dira Macky Sall au cours d’une allocution à la télévision nationale.

Publicité

La présidentielle, initialement prévue pour le 25 février 2024, a été reportée, notifiera le président sénégalais durant son discours qui a ajouté ceci : « J’engagerai un dialogue national ouvert, afin de réunir les conditions d’une élection libre, transparente et inclusive ». Cette décision est une première depuis 1963. Après cette date, aucune élection présidentielle au suffrage universel n’avait été reportée au Sénégal. Rappelons qu’une commission parlementaire avait été mise en place dans le but de mener une enquête sur deux juges du Conseil constitutionnel.

L’intégrité de ces juges dans le processus électoral est vivement contestée et tout porte à croire que c’est cette situation qui a conduit au report de l’élection présidentielle. Les conclusions de l’enquête parlementaire vont permettre de lever les différents doutes. Pour rappel, ce sont 20 candidats qui sont en lice pour participer à la présidentielle. Deux grandes figures de l’écosystème politique ne participeront pas au rendez-vous électoral. Il s’agit d’Ousmane Sonko et de Karim Wade.

15 réponses

  1. Avatar de GANZOZO Guédja
    GANZOZO Guédja

    Mathias Hounkpè tu parles kpè kpè kpè sur RFI, et tu vis à Dakar…prends tes affaires et va à Parakou chez Aziz

  2. Avatar de Pr Hètondji Murphy
    Pr Hètondji Murphy

    Nous , membres du Collectif pour un Bénin Emergent allons procéder au report de l’élection présidentielle au Bénin….
    Et nous allons introduire le 3è mandat pour pouvoir achever le travail commencé depuis le 1er et 2è mandat.
    Il faut toujours viser les intérêts du pays, le BENIN

  3. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Tout ça c’est putsch.

    Dans un cas les députés – s’ils sont un peu plus actifs que ceux du Bénin – les partis, la presse, les opinions nationale et internationale peuvent agir,

    Dans l’autre les institutions ont été suspendues : plus de parlement,
    la presse nationale est muselée, l’internationale est interdite,
    les 1ères voix qui ont émis des critiques sont au placard ou harcelées

    Et en dernier recours, tu as « l’Afrikakorp » et les armes des putschistes pour faire taire les récalcitrants

    \\\\.///
    (@_@)

  4. Avatar de Paul Ahéhénou
    Paul Ahéhénou

    Dans ces conditions, peut-on raisonnablement condamner les putschistes sans être ridicule…. Le Sénégal n’est pas e’ guerre. Qu’est qui peut justifier un report des élections prévues de longue date et une échéance constitutionnelle majeure?
    C’est un putch… Il n’y a pas d’autre mot pour le qualifier.

  5. Avatar de Kokouvi de Hogbonou
    Kokouvi de Hogbonou

    Je retiens que le singe de Dakar, après avoir manipulé les institutions judiciaires de son pays pour écarter ses vrais opposants, il essaie de dribler son monde pour s’éterniser au pouvoir, tout comme le grand menteur des lagumes d’Abidjan.
    Il ne redoute pas de coup d’état militaire, car il compte sur la soldatesque coloniale française sur place pour le tirer d’affaire.
    Pauvre Sénégal !

  6. Avatar de Sonagnon
    Sonagnon

    Une decision très grave, qui met en cause le respect de la constitution sénégalaise.

    A la fin de son mandat constitutionnel, il doit démissionner de lui-même ou être destitué. De telles dérives ne doivent pas faire école.
    Il y a nécessairement un mécanisme prévu pour gérer les cas de force majeur.
    Lui n’a plus ni la légitimité, ni la légalité pour continuer à conduire les affaires publiques au Sénégal.
    Tous les africains doivent s’indigner de telles obstructions à l’Etat de droit.

  7. Avatar de Son
    Son

    Dans un maquis sale, dans toute son apparence cauchemardesque, le laid Micky Sal fait le sale boulot. C’est ça la démocratie dont ne veulent les peuples de l’AES en particulier et des africains en général.

  8. Avatar de Tchité
    Tchité

    Macky étant un dirigeant clef de la cedeao avec son ami Ouattara, voyons voir le niveau de la pression qui lui sera mise

  9. Avatar de Son
    Son

    Un autre démocratiquement élu, whaou. C’est un coup d’état whaou. Il faut envoyer la force en attente de la CEDEAO pour rétablir l’ordre constitutionnel au Sénégal, whaou.
    La France doit agir REK. Whaou, Whaou, Whaou.
    Africains. prenez vous au sérieux.

    1. Avatar de Chat El Djikpiti
      Chat El Djikpiti

      @Son……. »La France doit agir REK. Whaou, Whaou, Whaou ».
      Que voulez-vous dire? Rek Reck Mad Mad, Aï Aïv?

      Soyez précis s’il vous plait?

      1. Avatar de Son
        Son

        Désolé. Il faut se rapprocher des locuteur wolof. Il pourront te dire exactement ce que signifie WHAOU, de même que REK. Peut être que Aziz pourra nous faire la traduction.
        Bonne nuit whaou, Whaou , Whaou.
        À demain REK.

  10. Avatar de Affivi
    Affivi

    Les africains continuent à donner raison à ceux qui les méprisent.
    C’est minable !

    1. Avatar de (@_@)
      (@_@)

      @ »Affivi », tu me l’as enlevé de la bouche.

      \\\\.///
      (@_@)

      1. Avatar de Tchongon
        Tchongon

        (@ @) tu me l’as enlevé de mon « agbanguélou »

  11. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Une entorse à la constitution. Un abus d’autorité et de pouvoir . Un décret illégal qui cache une prorogation du mandat de Sall à la tête du Sénégal. Ça prouve à suffisance que ce dernier n’est pas prêt à rendre son tablier.
    Le Sénégal rentre de fait dans une zone de turbulences.
    Pauvre Afrique.
    Le Plombier universitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *