Russie: les pronostics occidentaux déjoués dans ce domaine

Le PIB russe, plus résistant que ce qui était prévu ? En effet, Européens et Occidentaux avaient fait le pari des sanctions pour étrangler économiquement la Russie. Mais la stratégie initialement envisagée pourrait bien ne pas porter ses fruits. Selon les derniers chiffres, Moscou s’en tirerait même… Très bien.

L’institut des statistiques Rosstata est très claire. En effet, selon l’analyse des chiffres, la croissance russe a connu une hausse assez importante. Ainsi, après les contractions observées au cours de l’année 2022 (-1,2%), le PIB russe a augmenté de 3.6% ! Et sans surprise, c’est le secteur militaire qui bénéficie davantage à l’économie russe. La hausse des commandes en lien avec l’armement (matériel, munitions, etc…) y est effectivement pour beaucoup.

Publicité

L’économie russe se porte bien

En effet, le gouvernement a augmenté ses dépenses en lien avec la Défense, de l’ordre de 70%. Résultat, celles-ci comptent pour 30% des dépenses fédérales totales, soit 6% du PIB. Un chiffre exceptionnellement haut (jamais atteint en Russie). À titre de comparaison, en France, les dépenses en lien avec la Défense comptent pour 2% du PIB. Aux USA, les dépenses militaires comptent pour 3.5% du produit intérieur brut, contre 1.7% seulement, en Chine.

En outre, les secteurs bancaires et de l’automobile ont connu une belle année. Ces derniers ont réussi à absorber les sanctions. Après avoir vacillé en 2022, les choses commencent ainsi à rentrer dans l’ordre. Pour cela, Moscou peut d’ailleurs compter sur l’aide de Pékin, qui s’est vite imposé auprès de la Russie comme étant son principal partenaire commercial. À long terme toutefois, le modèle actuel n’est pas viable pour Moscou, qui va devoir trouver de nouveaux piliers économiques sur lesquels se reposer.

L’UE connait un ralentissement économique

Une hausse du PIB qui a de quoi rendre jaloux. En effet, l’Union européenne connaît un net ralentissement du développement de son économie, qui n’a pris que +0.5% au cours des 12 derniers mois. Outre l’inflation, les incertitudes en lien avec la guerre et les fortes dépenses qui y sont associées ont fortement impacté le développement des économies nationales européennes. Et la situation actuelle, toujours aussi incertaine, n’invite pas forcément à l’optimisme du côté de Bruxelles.

Une réponse

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    Les gens nous ont toujours menti. C’est l’Africain qui est trop crédule et ne fait pas d’efforts personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires