Armée française en Afrique: ce que Macron prévoit

photo credit: Getty Images

Au cours des dernières années, la France a connu des changements significatifs dans ses relations avec plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment le Mali, le Burkina Faso, et plus récemment, le Niger. Ces États ont pris la décision de mettre fin à la présence militaire française sur leur territoire, marquant ainsi un tournant dans la coopération régionale en matière de sécurité et de défense. Cette évolution reflète une volonté croissante de ces nations de gérer de manière autonome leur sécurité et de diversifier leurs partenariats stratégiques. En réponse, la France est contrainte de reconsidérer son approche géopolitique et militaire dans la région, soulignant la nécessité d’adapter sa stratégie aux réalités changeantes du continent africain.

Un changement notable à venir

Dans le cadre de la redéfinition de la stratégie militaire française en Afrique, l’ambition du président Emmanuel Macron se dessine clairement : réduire significativement la présence militaire française sur le continent, à l’exception notable de Djibouti. Cette orientation vise à adapter la posture française aux réalités géopolitiques actuelles. C’est dans cette perspective que Jean-Marie Bockel, ex-ministre, a été désigné pour mener des discussions avec les pays partenaires africains, afin de déterminer les contours de cette nouvelle présence française.

Publicité

Parallèlement, une proposition innovante est à l’étude : la mutualisation des bases militaires françaises avec celles d’autres partenaires internationaux, tels que les États-Unis. Cette idée, évoquée par le général Thierry Burkhard, chef d’État-major des armées, lors d’une audition devant la Commission de la défense de l’Assemblée nationale, pourrait permettre de minimiser l’empreinte militaire française tout en garantissant les accès stratégiques nécessaires.

La France maintient actuellement des forces armées dans quatre principales bases en Afrique, situées au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon et au Tchad, avec un détachement supplémentaire à Djibouti. Malgré les projets de réduction des effectifs, le général Burkhard a souligné l’importance de préserver une capacité opérationnelle intacte.

La concrétisation de bases militaires communes dépend toutefois de l’accord des nations africaines partenaires, qui auront leur mot à dire dans cette nouvelle dynamique de coopération. Le général Burkhard a fait état de nombreuses possibilités de complémentarités entre les différentes forces.

Cette réorientation intervient dans un contexte où plusieurs pays africains, tels que le Mali, le Burkina Faso et le Niger, ont connu des changements politiques majeurs, remettant en question la présence militaire française. Les recommandations attendues de Jean-Marie Bockel en juillet devraient fournir des orientations claires pour l’avenir de l’engagement militaire français en Afrique.

3 réponses

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    Pourquoi , pourquoi cette présence militaire française en Afrique ? Pourquoi Macron y insiste t il ?
    Pauvre petit garçon , il ne comprend pas que Poutine a ouvert les yeux de tout ce beau monde soumis aux occidentaux . Là où ces mêmes occidentaux se prélassent et se permettent des petites choses délicieuses. Non, c’est fini pour toutes ces délices , elles doivent revenir à leurs propriétaires , donc pour tous ces pays qui souffrent des intimidations . Plus maintenant , Poutine a sonné la fin de la récréation .
    L’Afrique aux africains , point barre.

  2. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Combien..de bases militaires.. anglaise..allemande.. portugaise..ou espagnol.en Afrique ???
    Pourquoi ce besoin..de la France d avoir forcément des bases en Afrique..
    Si leur présence dans le Sahel..n a pas empêché.les dj ihaddiste.. quel est alors..leur utilité

  3. Avatar de Affivi
    Affivi

    Ce prétentieux doit comprendre que la colonisation tire à sa fin.
    Nous allons chasser toutes armées étrangères hormis celles que nous désirons, nous allons nous débarasser des liens économiques et monétaires inéquitables pour nos pays et nous allons quitter toutes  » institutions internationales » où le partage du pouvoir n’est pas honnête. Qu’on se le dise. Pour cela, nous avons besoin de vrais garçons à la tête de nos pays. Je suis particulièrement heureuse de décision du gouvernement nigérien de renvoyer les soldats américains de son territoire. La liberté ou la mort, nous vaincrons.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité