En plein vol, ils échappent à la mort et réclament 1 milliard $

Au mois de janvier dernier, un avion de la compagnie aérienne Alaska Airlines perdait l’une de ses portes en plein vol. Si, fort heureusement, il n’y a eu aucun blessé ni même aucune victime, les répercussions mentales pour bon nombre des personnes présentes ce jour-là sont importantes. D’ailleurs, trois d’entre elles ont déposé plainte.

Ces trois passagers affirment en effet que, depuis l’accident, leur vie a totalement changé. Il ne se passe pas une seule journée sans que tous y pensent. En outre, l’avion, pour les personnes présentes, c’est bel et bien terminé. Résultat, face à ce traumatisme d’envergure, les plaignants réclament la somme de 1 milliard de dollars à la compagnie aérienne ainsi qu’à Boeing.

Publicité

1 milliard de dollars, montant record

Amanda Strickland, son conjoint Kyle Rinker et une troisième personne souhaitent en effet que toutes les entreprises impliquées paient pour négligence. Il faut dire que, sur le moment, tout le monde a bien cru perdre la vie. En effet, après que la porte se soit arrachée, les effets personnels de quasiment toutes les personnes à bord se sont envolés, aspirés par la puissance de l’air.

Beaucoup ont alors cru qu’ils allaient eux-mêmes être engloutis par le trou dans l’avion. Pour Boeing et Alaska Airlines, l’addition risque d’ailleurs d’être relativement salée. En effet, en plus de cette triple plainte, une première action collective a été lancée à la mi-janvier 2024. Pour le moment, on ne sait pas quel montant a été demandé par les plaignants, mais les dommages étant importants, cela pourrait atteindre des records.

Des images impressionnantes

Du côté de Boeing et d’Alaska Airlines, on a pour le moment, pas souhaité réagir. L’histoire avait fait le tour du monde, impactant relativement négativement l’image des deux marques. Sur les réseaux sociaux, photos et vidéos de l’incident avaient d’ailleurs circulé, supposant un véritable effet “waouh” auprès des internautes, qui ont eu beaucoup de mal à s’imaginer que cela était possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité