L’armée israélienne teste un robot inédit à Gaza pour explorer les tunnels

Actuellement engagée dans une guerre contre le Hamas palestinien, l’armée israélienne utilise des équipements d’un nouveau genre pour mener à bien ses opérations. Récemment, Tsahal a ainsi annoncé l’utilisation des premiers robots-chiens militaires avec drones d’observations intégrés.

C’est désormais un fait : les drones sont devenus très importants dans le cadre des combats. C’est vrai en Ukraine, dans la guerre qui oppose Moscou à Kiev, et c’est aussi vrai du côté d’Israël et de la bande de Gaza. Et à ce jeu, l’armée israélienne s’impose comme étant l’une des plus innovatrices du marché, en se reposant notamment sur des groupes spécialisés.

Publicité

L’armée israélienne utilise des chiens-robots

L’entreprise Ghost Robotics, par exemple, en collaboration avec Robotican, vient de dévoiler le tout premier robot-chien, avec un mini-drone directement intégré. Le principal avantage de ce nouveau projet ? Grâce à ses quatre “pattes”, le chien robot est en mesure de se déplacer un peu partout, que ce soit sur le sable, les roches ou encore les collines et autres terrains plus stables.

De fait, il est tout à fait possible d’utiliser des chiens robots, directement dans des tunnels. Et si le chemin devient trop étroit pour le robot, le drone intégré peut ensuite être déployé. Cela permet de se déplacer et d’analyser des chemins et des sites très reculés, voire cachés. Les drones peuvent détecter une présence humaine et des engins explosifs, ce qui est particulièrement utile si des hommes sont engagés.

Plus de 30.000 victimes depuis le début de la guerre

À l’heure actuelle, la guerre israélo-palestinienne a fait près de 30.000 victimes civiles et militaires depuis le début de l’offensive, au mois d’octobre dernier. Une guerre vivement critiquée sur la scène internationale, Israël et le gouvernement Netanyahou étant notamment pointé du doigt pour l’offensive à venir sur la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza, qui pourrait pour beaucoup d’experts, supposer une grave crise humanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité