Assemblée nationale: Le gouvernement interpellé sur les conditions de vie et de travail des journalistes

Les conditions de vie et du travail des professionnels des médias préoccupent les députés à l’Assemblée nationale. C’est pourquoi l’un d’eux, l’honorable Baké Chabi Goro, a interpellé le gouvernement sur les réformes annoncées par le chef de l’État dans le secteur des médias. Les réformes annoncées dans le secteur des médias peinent à produire des résultats depuis plusieurs années. Cette situation qui dégrade davantage les conditions de vie et de travail des professionnels des médias du Bénin est le plat de résistance d’une interpellation dont fait actuellement l’objet à l’Assemblée nationale le gouvernement de la Rupture.

L’honorable Baké Chabi Goro, élue de l’Union progressiste le Renouveau dans la 2ème circonscription électorale a adressé six questions orales avec débats à l’Exécutif à ce sujet. En vertu des dispositions du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale en son article 108 et ses différents alinéas, le gouvernement est invité à répondre à la représentation nationale sur les préoccupations suivantes: « Où en est-on par rapport aux réformes annoncées dans le secteur ? Quand est-ce que les réformes vont vraiment prendre corps? Aujourd’hui au Bénin, qui peut-on considérer comme journaliste? Quels sont les avantages que garantit la détention de la carte de presse ? La respecte-t-on ? Depuis plusieurs années le recrutement dans les médias du service public (Ortb et la Nation) n’est plus effectif ? Pourquoi ? Et Comment se font les recrutements aujourd’hui dans ces organes de presse? Que pense faire le gouvernement à court terme pour améliorer les conditions de vie des hommes des médias ? »

Publicité

Le gouvernement devra donner des réponses à ces différentes préoccupations pour situer non seulement la représentation nationale mais aussi, tout le peuple et surtout les professionnels des médias du Bénin sur ce qui se fait pour un exercice aisé de la profession. En effet, depuis 2016, le Bénin a connu un grand recul en matière de liberté de la presse avant que le ministère de la communication chargé de gérer les questions relatives aux professionnels des médias ne soit supprimé comme d’ailleurs l’aide de l’Etat, sans que le fonds qui devrait le remplacer ne voit le jour. Mais, depuis que le gouvernement a annoncé des réformes dans le secteur des médias, rien de concret n’a été encore constaté.

Une réponse

  1. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Qui peut-on considérer aujourd’hui comme journaliste au Bénin ??? Ceux qui sortent d’une école de journalisme. À priori. Seulement que comme notre pays est un pays de pagaille ; après le Bac ; pour le mangement ; on s’improvise journaliste pour pondre des saladeries. Souvent à la solde des puissances d’argent, des partis politiques pour faire de la propagande contre le gouvernement . Ce secteur mérite un dépoussiérage dans notre pays. Moi ; ministre de la communication ; j’y mettrai de l’ordre.
    Je passais
    Le Plombier universitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité