Joseph Kabila, Président de la RDC

En République démocratique du CongoFacebook, WhatsApp, Twitter et Instagram ne sont plus les bienvenus. Et pour cause, à deux jours de la fin du mandat constitutionnel du mandat du président Kabila, les autorités veulent éviter que des citoyens se mobilisent via les plateformes sociales.

La force de mobilisation que possèdent les réseaux sociaux inquiètent en RDC. Kabila ayant vu les remarquables mouvements dans les pays arabes mais aussi dans certains pays, comme au Sénégal, au Burkina Faso, ne veut pas de troubles à la veille de la fin de son mandat.

« Ce sont les congolais de l’étranger qui envoient des messages à travers les réseaux sociaux. Des réseaux diaboliques, sataniques…Des réseaux de distractions. » a affirmé lors d’une réunion un responsable de la police de la ville de Kinshasa.

Les plateformes ci-dessus citées seront donc restreintes, avec l’impossibilité d’après nos sources d’envoyer des fichiers images, sons et vidéos.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.