Tariq Ramadan, islamologue, aurait usurpé certains de ces titres universitaires. Décidément, rien ne va plus pour Tariq Ramadan. Outre les accusations de viols et d’agressions sexuelles, voilà que l’Islamologue aurait usurpé certains de ces titres universitaires. Ainsi, celui qui se présente “professeur de philosophie et d’islamologie à l’université de Fribourg (suisse) n’y aurait en fait jamais enseigné à proprement parlé. 

En effet, selon certaines sources concordantes, celui-ci n’aurait présenté un exposé qu’une fois par semaine, à titre e bénévole. Face au tollé, l’Université de Fribourg, a assuré qu’elle n’était, en aucun cas, responsable des titres universitaires de monsieur Ramadan. 

Xavier Ganioz, vice-président du Parti socialiste fribourgeois s’est d’ailleurs récemment exprimé à ce sujet. Trouvant désolant que Ramadan ait pu exercer sans poste officiel, celui-ci en vient à se demander si l’Université de Fribourg, véritable institution au pays, était au courant des agissements et du contenu de ces dits exposés.

1 COMMENTAIRE

  1. Le 26 février 2018, le député Xavier Ganioz, vice-président du Parti socialiste fribourgeois, a demandé à l’université de Fribourg de s’expliquer sur les conditions d’arrivée de l’islamologue dans l’institution. Une heure de cours bénévolement Reprenant des informations parues dans les médias, l’élu écrit dans son interpellation : « L’accusation de “faux professeur“ est lourde de sens. Elle impliquerait que notre université ait pu se faire berner sur le statut académique de Tariq Ramadan. Elle impliquerait aussi et surtout que les étudiant-e-s qui ont été élèves dudit islamologue aient été trompé-e-s ». Le rectorat de Fribourg a déjà répondu qu’effectivement Tariq Ramadan n’était ni professeur ni même assistant à l’université.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.