Le Chef de délégation de l’Union européenne (Ue) au Bénin, l’Ambassadeur Oliver Nette, a procédé vendredi dernier au lancement officiel du festival du film européen, inclus dans la semaine de l’Europe au Bénin. Il se tient depuis vendredi 4 mai dernier, l’édition 2018 du festival du film européen au Bénin. Intégré dans la semaine de l’Europe qui a lieu jusqu’au 12 mai prochain, le festival a été lancé dans la grande salle de cinéma de Canal Olympia à Cotonou, par l’Ambassadeur Oliver Nette, Chef de délégation de l’Union européenne (Ue) au Bénin.

Dans un discours bref et sans aucun protocole, l’Ambassadeur a expliqué ce à quoi retourne la présente édition de l’événement. Selon ses propos, il s’agit d’une occasion de promotion des échanges culturels. Ceci, en lien avec le fait que 2018 est pour l’Union européenne, l’année du patrimoine culturel, afin de susciter le dialogue culturel entre les pays. Le festival du film européen sera pendant une semaine au Bénin, l’instant pour le public béninois d’aller à la rencontre d’autres cultures, mais aussi l’instant de brassage entre ces cultures et celle béninoise.

Ceci, à travers la projection de plusieurs œuvres cinématographiques proposées par la France, la Suisse, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et le Bénin. Les projections ont lieu sur différents sites à Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi, Natitingou, Djougou et Parakou. C’est un menu intéressant de films que l’Ambassadeur Oliver Nette invite le public béninois à savourer. Et déjà, la cérémonie de lancement vendredi laisse présager d’une bonne semaine culturelle pour tous ceux qui feront le déplacement sur les différents sites.

La belle accroche avec Alougbine Dine

Pauvre en discours et protocole, la cérémonie d’ouverture du festival fut riche en balade culturelle. C’est à travers entre-autres ce spectacle d’ouverture assuré par l’Ecole internationale de théâtre du Bénin (Eitb). Un spectacle de théâtre d’animation créé et mise en scène par Alougbine Dine, autour de l’histoire de l’Union européenne. Le choix du metteur en scène est resté collé à cet angle de dialogue des cultures annoncé par l’Ambassadeur.

D’abord, certes l’histoire est celle de l’Union européenne, donc de culture occidentale, mais elle est racontée par les acteurs de cette école venus de plusieurs pays, avec les spécificités de leur culture. C’est eux qui ont raconté ou rappelé au public très émus ce soir de la qualité du spectacle, le contexte de l’avènement de l’Union européenne et ses piliers. Du lourd bilan de la deuxième guerre mondiale à l’annonce de la célébration du 68e anniversaire de la création de l’Union, en passant par la période 1945-1949 et la déclaration de Schuman le 9 mai 1950, ils ont donné les grandes étapes de l’UE, fondée ont-ils notifié, sur l’engagement de donner vie à un espace basé sur la libre circulation des personnes et des biens, la liberté individuelle, la dignité humaine, la paix et le bien-être ; une monnaie unique, la diversité culturelle et linguistique, le développement durable, etc.

Ces comédiens de Alougbine Dine, dans leur pièce, ont témoigné du coup de main de l’Union européenne dans le développement de l’Afrique, en même temps qu’ils ont plaidé pour le renforcement de cet appui. Tout ceci est passé sur fond de musiques et de danses, à la fois modernes et traditionnelles, reflétant toujours le principe de « dialogue des cultures », comme mot d’ordre de la présente édition du Festival du film européen au Bénin.

La première projection a suivi juste ce spectacle vivant de l’Eitb : le long métrage «L’école buissonnière » de Nicolas Vanier ; scénario et adaptation signés de Jérôme Tonnerre. C’est l’histoire du petit fils Paul devenu grand héritier d’une famille où l’union entre ses parents a été rejetée, et où lui-même était inattendu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.