Cinquantenaire dans le Zou/Collines: Un anniversaire célébré dans l’improvisation

La place Goho qui a accueilli les manifestations officielles entrant dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance  du Béni  était pratiquement la seule à faire sa toilette. Avant le démarrage du défilé militaire et civil qui a presque duré   près d’ une heure d’horloge, le 1er adjoint au maire de la ville historique d’Abomey le Docteur Alain Nouatin et le Préfet Zou/ Collines Armand Maurice Nouatin ont respectivement improvisé leurs discours.

Si le premier a tenté de faire un bilan des 50 ans   tout en invitant les populations du Zou à faire  une introspection sur le faite que le Bénin n’a jamais connu un véritable développement depuis son indépendance jusqu’à ce jour, le second, après s’être égaré dans des développements et argumentations pour expliquer la position de notre pays à ce jour, a fini  par demander à ses administrés de se remettre en question pour savoir qu’est ce qu’ils peuvent faire pour leur pays. Et non  ce que le pays peut faire pour eux.
 Cet état de fait a laissé les populations sur leur  faim. Des personnes approchées interrogées  à la fin du défilé militaire et civil peu fourni  ont laissé entendre  diversement: « C’est de l’improvisation. On se moque de nous. Nous ne méritons pas cela, c’est  une injure. Si le premier adjoint nous a plus ou moins convaincu, Nous n’avons rien compris et appris du préfet. C’est honteux pour le Zou???. » Interrogé sur le fait de n’avoir pas présenté une allocution à la hauteur de l’évènement à ses administrés, le préfet a laissé entendre que  c’était facultatif. « Le Discours du Chef de l’Etat est déjà un message à la nation et nous ne sommes pas obligé  de prononcer d’autres discours. Il est le seul habileté à passer un message à l’occasion d’un évènement aussi important. Pour les préfets maires et autres ce n’est pas obligatoire. »

Publicité

  A 72 heures de la célébration du 1er août 2010  dans le département du Zou, le constat effectué dans presque toutes les communes était désolant. Pas de Campagne de salubrité à grande échelle. Ce n’est qu’à 48 heures de l’évènement que les lieux symboliques de dépôt  de gerbe et autres places publiques ont été déblayés et badigeonnés. Pas rien de plus. Michel Clément Sossou C/R Zou Collines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *