Présentation des vœux du nouvel an au chef de l’Etat: Me Robert Dossou annonce deux grands événements majeurs

Lors de la cérémonie de présentation des vœux des institutions de la République au chef de l’Etat, vendredi dernier, le Président de la constitutionnelle, Me Robert Dossou, a annoncé deux manifestations majeures qui marqueront la vie de la  haute juridiction au cours de cette année 2013.

Publicité

Ces manifestations seront placées sous le haut patronage du président de la République.Il s’agit essentiellement de la célébration, cette année, du vingtième anniversaire de l’installation, en juin 1993, de la Cour constitutionnelle, institution garante de l’Etat de droit au Bénin. Cette célébration sera couplée avec les vingt -deux ans de la justice constitutionnelle au Bénin, car avant l’installation de la Cour constitutionnelle, le haut conseil de la République, institution issue de la conférence nationale de février 1990, a joué le rôle de juge constitutionnel.

Au cours du premier semestre de cette même année 2013, la conférence des juridictions constitutionnelles africaines (Ccja) tiendra, les 9, 10 et 11 mai à Cotonou, les travaux de son deuxième congrès ordinaire. " Pendant trois jours, Cotonou sera la capitale de la justice constitutionnelle africaine » a indiqué Me Robert Dossou. « La Cour constitutionnelle du Bénin a la charge de conduire les premiers de cette organisation», a-t-il ajouté. La Ccja est, en effet, créée en mai 2011 à A lger.

Le Président de la Cour constitutionnelle a, par ailleurs saisi l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux pour souligner, une fois encore, la nécessité de doter le Bénin d’un code électoral. « Le 19 janvier 2012, à la présentation des vœux pour l’année écoulée, nous étions réjouis de ce que vous avez mis en chantier l’élaboration d’un code électoral », a-t-il souligné, relevant que ce code « n’a pas encore vu le jour et les tergiversations malheureusement se poursuivent sur la liste électorale permanente informatisée (Lépi), alors que des pays qui se sont inspirés de nous, ont achevé sans fanfare ni tambour leur Lépi.»

Publicité

Selon Robert Dossou, le Bénin a « besoin d’un sursaut patriotique » pour relever le défi de la mise en place d’une Lépi consensuelle, malgré l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi corrective sur la Lépi, en décembre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *