Insolite à Cotonou : un homme tient en respect 4 éléments de la police

Hier, la voie pavée séparant la chaussée du jardin public du carrefour «la vie» à Vèdoko, a été le théâtre d’une scène inhabituelle. Après avoir reçu des coups, un homme a tenu tête à 4 éléments des forces de l’ordre. Témoignages.

Publicité

Rare, mais c’est arrivé. Dans la matinée d’hier mardi, un jeune homme «gadjagadja», a décrit un témoin pour parler de sa grande taille, et «costaud» a tenu tête à 4 éléments des forces de l’ordre. D’après le récit d’un des témoins de la scène qui frise une pièce de théâtre, c’est roulant dans le sens interdit que l’homme qui était au guidon de son engin a été interpellé par des éléments de la police qui veillaient au respect du code de la route. «L’un des policiers est sorti pour retirer la clé de la moto. On ne sait pas ce qu’ils se sont dits, mais l’homme a reçu un coup. Et aussitôt, il a enlevé sa ceinture et a asséné des coups à un premier agent, un deuxième, un troisième et puis un quatrième», raconte un témoin rencontré sur le lieu de la scène où étaient attroupées encore plusieurs  personnes. «E gbè nou ni yé (il les a tenu en respect)», a signalé notre source qui a parlé sous anonymat. Elle –la source-  précise qu’ «il a fallu que d’autres éléments des forces de l’ordre viennent en renfort avant que l’homme ne soit maîtrisé».  Et même là, «ils n’ont pas pu le menotter avant de l’embarquer dans le véhicule de la police». De ce qui se racontait, l’homme est un «militaire bien entraîné» il l’aurait signifié aux agents au moment de son interpellation.

Une fois encore ces forces de «désordre»

Encore eux. Eux qui sont  chargés de l’ordre, de la sécurité et de la garantie de l’intégrité territoriale du pays, qui sont souvent, paradoxalement, à l’origine de nombre de scènes occasionnant du désordre. Il est un secret de polichinelle que, parce que éléments des Forces de l’ordre, certains agents roulent sans être inquiétés dans le sens interdit. Et ceci non  pas parce qu’il y a urgence mais parce que l’uniforme semble l’autoriser, est-on tenté de croire. Et quelques fois comme ce fut le cas hier, ces violations du code de la route tournent à un spectacle souvent désolant. Qu’il vous souvienne l’année écoulée, ces actes d’incivisme se sont soldés par un accrochage entre éléments de Forces de l’ordre. Toutes choses qui laissent perplexes et suscitent des interrogations sur les relations qu’ils entretiennent entre eux et l’état de l’harmonie et la cohésion entre les différents corps des Forces Armées et de la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *