Incarcération du journaliste François Yovo : l’Umpb et le Cnpa invitent à sa «libération sans delai»

Le samedi 17 mai 2014 à Cotonou, François Yovo, Directeur de publication du quotidien « Libération » a été arrêté par les gendarmes de la garde pénitencière et conduit directement à la prison civile de la même ville.

Publicité

Les associations professionnelles des médias expriment leurs vives inquiétudes par rapport aux conditions, particulièrement humiliantes dans lesquelles ce journaliste a été mis aux arrêts.

En effet, l’arrestation du journaliste François Yovo a eu lieu non seulement un week-end, mais également à la mairie de Cotonou où se déroulait le scrutin dans le cadre de l’élection des représentants des professionnels des médias à la 5è mandature de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (Haac).

L’Union des Professionnels des Médias du Bénin (Upmb) et le Conseil National de la Presse et de l’Audiovisuel (Cnpa-Bénin) s’interrogent une fois encore, sur la question de la liberté de presse, même si l’intéressé est sous le coup d’une condamnation ferme de trois mois, rendue par défaut, dans un dossier l’opposant au Directeur Général de la Société nationale pour la promotion agricole (Sonapra). Faudrait-il le rappeler, cette arrestation intervient quelques semaines seulement après les Deuxièmes états généraux de la presse où des options sérieuses ont été prises dans le sens d’une plus grande affirmation de la liberté de presse au Bénin. Une arrestation qui intervient également juste au lendemain de la célébration de la journée internationale de la liberté de presse.

Publicité

Plus que jamais, le projet de Code de l’information et de la communication désormais sur la table des députés devra permettre de doter le Bénin d’une législation cohérente qui réponde aux normes universellement reconnues. Aujourd’hui, on ne doit plus emprisonner pour délit de presse.

L’Upmb et le Cnpa-Bénin condamnent ces pratiques dignes d’une autre époque et invitent par la même occasion, les autorités judiciaires à libérer sans délai le journaliste François Yovo.

Ensemble, disons :« Plus jamais un Journaliste en prison dans notre pays ! »

Pour L’Upmb                                              Pour le Cnpa-Benin

Franck Kpocheme                                        Malick Seibou Idrissou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *