Tentative d’arrestation : la déclaration de Candide Azannaï (audio et vidéos)

Le député Candide Azannaï est dans le collimateur du pouvoir. Le domicile du virulent député à l’Assemblée nationale sis à Zogbo dans le 10ème arrondissement de Cotonou a été pris d’assaut dans la matinée de ce lundi 4 mai 2015. Des hommes en uniforme, précisément un Capitaine accompagné d’une horde de soldats, ont fait irruption au domicile de l’honorable député.

Publicité

Selon les premières informations recueillies par nos reporters sur place, les hommes en uniforme se sont rendus au domicile du député pour lui remettre une convocation. Aux dires de l’avocat Joseph Djogbénou qui a reçu la convocation, cette dernière ne porte aucun motif. Selon l’avocat au barreau, les gendarmes avaient essayé de défoncer le portail du domicile du député. Pour Me Djogbénou, la procédure pour l’arrestation d’un député est clair et ce qui s’est passé il y a quelques minutes n’est, à l’en croire, rien d’autre que de la  « violation de domicile ». « Nous allons saisir le procureur de la république », a indiqué le professeur de droit élu député.

 

Levée de bouclier

Cette militarisation du domicile du député Candide Azannaï a provoqué une levée de bouclier. La population cotonoise et de nombreuses personnalités politiques au nombre desquelles le président de l’Assemblée nationale, le président-maire Nicephore Soglo, Eric Houndété, Janvier Yahouédéou, Jacques Ayadji, Léhady Soglo se sont rendues au domicile de l’initiateur du slogan « Edjin ko nin, tchéké ». Pour le syndicaliste Jacques Ayadji, cette militarisation du domicile d’un député en exercice est une déclaration de guerre au peuple béninois. « Nous restons ici jusqu’à ce que Yayi Boni viennent nous chercher tous », a ajouté le 1er secrétaire adjoint du syndicat du ministère des travaux publics.

Des dernières informations, il ressort que la population a incendié par endroit des pneus. Actuellement, selon nos sources, les éléments de la police, précisément de la brigade anti-émeute sont sur les lieux pour essayer de calmer la population.

 
 

Publicité

[custom_oembed url='https://lanouvelletribune.info/2024/04/faute-de-moyens-les-argentins-mangent-moins-de-viandes/']

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité