Revision de la constitution : Les populations de la 15è circonscription électorale expriment leur mécontentement

Les députés Raphael Akotègnon, Badirou Aguèmon, Corneille Padonou, élus de la 15è circonscription électorale, ont eu du mal à convaincre, hier au siège de leur parti politique à Midombo, leur auditoire.

Bénin – Supposé projet de suppression de la Cena: L’he Raphael Akotègnon réagit

Profitant de cette tournée parlementaire qui a pour objectif de recueillir des observations auprès des populations à la base, afin de les verser en tant qu’amendements aux travaux de la commission des lois sur le projet de révision de la constitution, les mandants comme on les appelle, ne sont pas en réalité trop intéressés par l’objet de la visite des élus du peuple de cette circonscription électorale.

Après avoir écouté les députés qui sont venus les entretenir sur la révision de la constitution, ces populations n’ont pas eu froid aux yeux pour dire leurs mécontentements par rapport à l’austérité que vit le pays, sans oublier les persécutions dont elles font l’objet de la part du régime du Bénin Révélé. Les députés Raphael Akotègnon, Badirou Aguèmon, Corneille Padonou, élus de la 15è circonscription électorale, ont eu du mal à convaincre, hier au siège de leur parti politique à Midombo, leur auditoire.

A tour de rôle, les députés Prd ont passé au peigne fin les points saillants inscrits dans le projet de loi modificative de la constitution, à soumettre au parlement par le premier magistrat du pays. Ils ont abordé le mandat unique de 6ans pour la fonction présidentielle, le mandat de 6ans renouvelable pour les parlementaires et les dirigeants des collectivités locales, la mouture de la nouvelle Haac, celle de la Cour suprême et de la Cour  Constitutionnelle, sans oublier la suppression des accords de ratification de prêt par l’Assemblée nationale.

Ils ont montré l’importance que revêt le toilettage de notre loi fondamentale. Il faut dire que les participants ont apprécié la démarche des parlementaires. Toutefois, ils ont noté que le pays va très mal et que la population souffre trop. Pour eux, il ne s’agit pas de réviser pour réviser. Autrement dit, les populations à la base sont très remontées contre les actions du gouvernement en place. Les députés sont repartis avec une lueur d’espoir puisqu’ils estiment que le débat vient d’être ouvert

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Angelo 7 mois

    réviser la constitution d’un pays n’est pas une activité d’organisation des examens ou concours mais une actions stratégique approuvée par la population et les hommes politiques de la nation…et pour un pays comme le bénin ce n’est pas la loi portant mandat unique qui sera la priorité mais en partie la loi radicale qui permettra l’insertion des jeunes et conduira le pays vers l’émergence. …