Education: Les écoles publiques affectées par le retard des subventions

Education: Les écoles publiques affectées par le retard des subventions

Les mouvements se poursuivent dans le secteur éducatif béninois. Après les enseignants contractuels, ce sont les directeurs d’écoles qui ont tenu à faire savoir leur mécontentement aux autorités

Enseignement secondaire: Les Ace en grève, les élèves composent sans surveillance

A deux mois de la fin de l’année scolaire 2016-2017, les écoles primaires publiques ne sont pas encore rentrées en possession des subventions que leur doit l’Etat. Cette situation serait à la base de plusieurs dysfonctionnements selon les directeurs de ces écoles qui ont fait un sit-in ce mardi 11 Avril au ministère de l’économie et des finances.

Les mouvements se poursuivent dans le secteur éducatif béninois. Après les enseignants contractuels, ce sont les directeurs d’écoles qui ont tenu à faire savoir leur mécontentement aux autorités à travers un sit-in organisé au ministère de l’économie, ce mardi 11 Avril 2017. Le motif de cette manifestation est le retard enregistré dans l’octroi des subventions aux différentes écoles maternelles et primaires.

En effet, selon Léonard Houngbo le secrétaire général du Syndicat National des Enseignants Contractuels et Permanents Synecp-Bénin/Littoral, les écoles saignent. A en croire le Sg, depuis le démarrage de la rentrée il y a sept mois, les écoles n’ont reçu que le quart des subventions contrairement au secondaire. Pour lui, c’est une anomalie.

« Dans nos établissements aujourd’hui, il n’y a plus d’eau, il n’y a plus d’électricité faute de paiement des redevances. Les enfants sont obligés d’utiliser n’importe quelle eau. Les gardiens sont là. C’est la subvention qui permet de payer certains d’entre eux. Ces gardiens ne sont pas payés. Ils croient qu’on ne fait rien en leur faveur.» ajoute-t-il.

C’est donc ces raisons qui les ont poussés à se rendre au ministère des finances pour réclamer le reste des subventions. A cet effet, ils ont été reçus par une délégation du ministère avec à la tête, le Secrétaire Général du Ministère, Joël Zodjihoué. A sa prise de parole, ce dernier a rassuré les directeurs que des dispositions sont déjà prises pour que tout rentre dans l’ordre. Il les a d’ailleurs invités à espérer le paiement effectif de ces subventions dès le vendredi prochain. Et c’est sur ces paroles que les contestataires ont quitté le ministère promettant toutefois de revenir si la promesse n’est pas tenue

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 4 mois

    Les écoles publiques sont affectées par le retard des subventions parce que Talon a pris à lui seul 42 milliards des caisses de l’Etat pour ses propres sociétés privées et avec le PVI remis en service, il s’en va chaque soir collecter toutes les récettes de la douane pour lui seul. Où trouver encore d’argent pour subvenir aux obligations de l’Etat: les écoles, les hôpitaux, le monde rural etc. C’est cela la misère que le Gouvernement Talon engendre. Il vaut nmieux le faire partir, le plus vite que possible.