Bilan de l’an 1 de Patrice Talon : Retour sur les faits marquants des 12 mois

Bilan de l’an 1 de Patrice Talon : Retour sur les faits marquants des 12 mois

Bénin/Performance: CERAS note le Gouvernement en dessous de la moyenne

En mars 2016, les Béninois ont dans leur majorité porté leur choix sur le candidat Patrice Talon, pour diriger le pays pendant les 5 prochaines années. Entre déception et espoir, le magnat du coton s’est installé pour faire mieux que son prédécesseur. Un an après, La Nouvelle Tribune fait revivre à ses lecteurs, les évènements qui ont retenu les attentions lors des 12 derniers mois au plan politique.

18 avril 2016, réconciliation entre Boni Yayi et Patrice Talon à Abidjan

Plus d’une semaine après sa prestation de serment à Porto-Novo, le nouveau président de la République du Bénin, Patrice Talon, va s’envoler pour la Côte d’Ivoire. Pas pour une visite officielle ou de travail, mais pour une réconciliation entre lui et l’ancien président Boni Yayi. Deux amis devenus ennemis jurés. En présence des chefs d’Etat Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire et Faure E. Gnassingbé du Togo, les deux hommes ont fumé le calumet de la paix. Devant micros et caméras, ils se sont embrassés pour sceller leur réconciliation. A la fin, Yayi et Talon se sont prononcés.

« Je voudrais vous dire qu’il y avait cette complicité entre mon frère le président Patrice, et moi-même. C’est une complicité que nous dévoilons aujourd’hui, complicité positive. Nous étions amis, nous le demeurons, et nous le resterons toujours. », a dit le premier, et au second de répondre également en ces termes : « Cela a été le maître-mot de notre déjeuner aujourd’hui, une bonne ambiance.Les intrigues de la compétition politique. C’est cela le mot, n’est-ce pas Monsieur le président? Ne prendrons pas le pas sur nos responsabilités d’œuvrer pour la paix. Cela prime sur toute autre considération. ».

22 Juin 2016 : Fixation des chefs-lieux de départements et nomination des préfets

Le décret portant fixation des chefs-lieux de département et la nomination des 12 nouveaux préfets, a été pris en conseil des ministres le 22 Juin 2016. Ce décret marque la mise en œuvre d’un autre décret de 17 ans, longtemps oublié. Ce découpage territorial parait comme une issue favorable d’un dossier « épineux ». Les populations de 12 nouvelles villes voient ainsi l’administration territoriale rapprochée d’elles. Cette mesure est et demeure l’une des réformes réussies du gouvernement de la rupture depuis sa prise de pouvoir, il y a un an.

7 juillet 2016, annulation des concours frauduleux organisés sous l’ancien régime

C’est l’une des premières décisions fortes prises par le président de la République Patrice Talon et son équipe. L’annulation des concours frauduleux de 2015 a été prononcée en conseil des ministres du 7 juillet 2016. Une satisfaction pour les syndicalistes surtout, qui ont souhaité que ces concours à polémique organisés sous Boni Yayi soient annulés dès que le nouveau président de la République va s’installer. Il s’agit de celui du ministère de l’Economie de Finances en particulier. Selon le rapport de la commission de vérification de la régularité des concours, sur les 99.000 candidats environ, elle n’a eu accès qu’à environ 30.000 dossiers. Cet acte courageux du nouveau départ a suscité des remous dans le rang des candidats déclarés admis à ces concours, et dont certains officiaient déjà dans l’administration.

28 Septembre 2016 : Adoption d’une nouvelle carte universitaire

A l’issue du conseil des ministres du mercredi 28 septembre 2016, le conseil des ministres a adopté une nouvelle carte universitaire pour « mutualiser les ressources humaines, matérielles, pédagogiques et infrastructurelles, et offrir aux personnels et aux étudiants, de meilleures conditions de travail et d’étude tout en s’efforçant à travers les brassages, de construire et de renforcer l’unité nationale ». Le Bénin dispose désormais de quatre universités : deux universités pluridisciplinaires et de deux universités thématiques. Les universités d’Abomey-Calavi et de Parakou sont pluridisciplinaires, et celles d’Abomey et de Porto-Novo sont thématiques. Le décret adopté par le conseil des ministres, portant création de ces universités, donne la liste des facultés, écoles et instituts qui sont regroupés ou attachés à ces quatre universités.

5 octobre 2016, Interdiction des activités des organisations estudiantines sur toutes les universités publiques du Bénin

Les annulations, interdictions et suppressions se suivent et s’enchainent sous le nouveau départ. Au cours de la rencontre hebdomadaire des ministres du 05 octobre 2016, le gouvernement de la rupture a pris un décret portant interdiction des activités des associations et organisations estudiantines faitières, dans les quatre universités publiques du Bénin à savoir Abomey-Calavi, Parakou, l’Université polytechnique d’Abomey et l’université des sciences agronomiques de Porto-Novo. Cette décision a été prise selon le communiqué du conseil des ministres, pour mettre fin  au désordre sur les campus universitaires, notamment celui de Calavi où on note souvent des actes de violence et de vandalisme. Très tôt, des voix se sont levées pour fustiger le décret gouvernemental. Quelques mois plus tard, la Cour Constitutionnelle a rendu une décision pour rétablir les étudiants dans leur droit.

30 novembre 2016, le gouvernement prononce la liquidation de la Sonapra, l’Onasa, la Caia et l’Ons

A l’issue du conseil des ministres du 30 novembre 2016, le gouvernement a décidé de liquider certaines sociétés et offices d’Etat. Il s’agit de la Sonapra (société nationale de promotion agricole), de la Caia Sa (la centrale d’achat des intrants agricole) de l’Onasa (Office nationale d’appui à la sécurité alimentaire) et de l’Ons (l’Office nationale de stabilisation et de soutien des prix des revus agricoles). Une liquidation qui s’inscrit dans la politique du quinquennat. «Il s’agit de mettre en œuvre pour les cinq ans à venir, un plan d’investissement massif afin de répondre à l’augmentation des besoins alimentaires et à l’accès au marché extérieur et intérieur. », avait expliqué le ministre d’Etat, secrétaire à la présidence Pascal Irénée Koupaki.

10 décembre 2016, Réorganisation des concours enseignants

Après l’annulation des concours frauduleux organisés en 2015, le nouveau pouvoir les réorganise. Il décide d’abord de recruter sept mille trente-trois (7033) enseignants contractuels de l’Etat pour le primaire et le secondaire. Ceci va combler le déficit créé par les départs massifs à la retraite cette année. C’est par le communiqué radio n°237/MTFPAS /DC/SGM/DGFP /DRAE/STCD/SA en date du 26 octobre 2016, que l’information officielle a été portée à l’attention des candidats.

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire

    Vous oubliez la seule action du gouvernement , celle qui a mobilise et mobilise les resources de l’état : la guerre aux pauvres sous prétexte de déguerpissement des espaces publics !