Grève au secondaire: Que de temps perdu et d’échecs prévisibles !

Grève au secondaire: Que de temps perdu et d’échecs prévisibles !

La grève des professeurs reversés et vacataires des collèges publics et Lycées du Bénin durent déjà 02 semaines dans les départements comme le Zou et 04 dans le littoral.

Enseignement secondaire : Les Ace repartent en grève dès demain

Depuis quelques semaines déjà, les enseignants du secondaire sont en grève pour plusieurs revendications insatisfaites. Certains acteurs du système éducatif sur l’émission “Eclairage” de la radio nationale y trouvent la source de l’échec des candidats aux examens.

La grève des professeurs reversés et vacataires des collèges publics et Lycées du Bénin durent déjà 02 semaines dans les départements comme le Zou et 04 dans le littoral. Avec pour principales raisons, l’évolution du plan de carrière des agents reversés de 2008 et le rehaussement des frais de vacation des vacataires, la grève constitue une énorme perte de temps et se révèle préjudiciable pour les candidats aux examens de BEPC et BAC.

Jérémie DOVONOU est spécialiste en Gestion du Système Éducatif : « La grève, c’est du temps perdu. Sur 35 semaines, c’est-à-dire 175 à 180 jours que doivent durer les cours dans une année scolaire et quand on y retire les jours fériés, les congés, les perturbations de début de rentrée, les journées culturelles, la non maîtrise du métier, … et puis 10 jours de grève au cours de l’année, vous tombez à 123/175 jours. En Terminale, de 1298 heures, vous tombez à 592 heures soit 45,60% de temps utilisable. Et donc, le temps perdu dépasse celui consacré à l’école. Un petit mouvement de grève complique davantage les choses. Les élèves abandonnent donc les cahiers. Conséquence, les résultats n’ont jamais atteints 50% depuis plus de 10 ans et seront encore mauvais ».

Malgré ces conséquences graves, les syndicats n’entendent pas lâcher du lest tant que les points de revendications ne seront pas satisfaits par le gouvernement. Pourtant, les autorités ont déjà affirmé qu’il a été mis sur pied un conseil technique pour étudier les diverses réclamations. Le porte-parole de l’inter syndicat des enseignants contractuels du secondaire Patrice SENOU déclare : « Nous souhaitons que les conclusions du conseil technique donne satisfaction à nos revendications. Si non, il y aura encore des épines dans la pâte ». Toutefois, le ministère de tutelle rassure que le processus suit son cours. Les engagements pris seront donc respectés afin de redorer le blason de l’éducation au Bénin.

Commentaires

Commentaires du site 0