Restitution des trésors culturels du Bénin : Marie-Cécile Zinsou opte pour un dialogue

Restitution des trésors culturels du Bénin : Marie-Cécile Zinsou opte pour un dialogue

Mme Zinsou affirme que le Bénin a le droit de faire la demande de retour, mais affirme qu'un travail doit être fait sur le plan local.

Restitution des trésors du Bénin : Un départ à la légère pour une course laborieuse

Marie Cécile Zinsou, présidente de la Fondation Zinsou et fille de l’économiste franco-béninois Lionel Zinsou, arrivé deuxième à l’élection présidentielle de 2016 s’est une fois encore exprimée sur l’affaire des trésors béninois. Elle s’est confiée à ce sujet au magazine “Le point Afrique” dans un entretien publié sur internet (Lire l’interview ici). Elle a proposé quelques pistes de réflexion.

« Aujourd’hui, le Bénin a parfaitement le droit de demander des objets qui ont été volés par le général Alfred Dodds, qui a conquis le Dahomey pour la France à la fin du XIXe siècle » précise-t-elle, avant d’ajouter que la vraie question est de connaître l’auteur du patrimoine détenu dans les collections françaises.

C’est un dialogue diplomatique et culturel qui doit être engagé pour espérer un aboutissement de la demande du Bénin.

Dans une démarche tournée vers l’avenir, celle qui a le mérite d’organiser des expositions d’art contemporain, souhaite néanmoins que le Bénin fasse un examen de conscience sur la façon dont il gère les collections nationales. Elle relève ainsi que  « le gouvernement béninois est un mauvais élève. » et mentionne que ce n’est pas une critique sur l’équipe en place actuellement, c’est une question qui dure depuis l’indépendance.

Cependant, elle reste optimiste : Aujourd’hui, on peut sauver notre patrimoine, sauver notre histoire et sauver notre avenir.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Tchité 3 mois

    Il est, retenez, plus important que l’Afrique s’instruise et prenne soin d’elle-meme, car le plus grand probleme vient de l’Afrique elle-meme. Les autres ne font que profiter de la division et de l’ignorance dont font montre beaucoup d’Africains et de Beninois.
    Il faut donc changer le systeme educatif afin qu’il soit createur de richesse et de chercheurs qui trouvent. C’est a’ dire investir plus dans l’education et la recherche, pas forcément scientifique, mais la recherche, la conception et le developpement tout court.