Retrait du projet de constitution et autres revendications : motion de grève de la CSTB

Retrait du projet de constitution et autres revendications : motion de grève de la CSTB

La CSTB demande entre autres le retrait pur et simple du projet de révision de la constitution de l’Assemblée National.

Révision de la constitution: Les propositions du Dr Albert Hounou

Au Ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales,
Après un an de gouvernance du Président Patrice TALON, notre pays et ses hommes sont au plus mal. Aucun secteur de la vie n’est épargné : la santé, l’éducation, le secteur agricole, les transports notamment routiers, le petit commerce, l’artisanat, etc. Tous ces secteurs connaissent des mouvements de grève et depuis, plus d’une semaine, les manifestations de rue ont pris le pas. Partout, les clameurs s’élèvent pour dire : Trop c’est trop ! TALON, Héélouée !

  • Considérant que depuis l’avènement au pouvoir du Président Patrice TALON, plusieurs acquis démocratiques ont été remis en cause :

Interdiction de manifestations, interdictions des activités d’associations ; création de “lignes rouges“, fermeture d’organes de presse et tentatives de musèlement, interdiction des marches par le préfet Modeste TOBOULA ;

  • Considérant les différents mouvements de grève consécutifs aux malaises et liquidations des acquis préalablement obtenus par les travailleurs :

grève à la santé, grève dans les différents ordres d’enseignement (notamment primaire et secondaire), grève au ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche contre le licenciement de milliers de travailleurs du secteur et la liquidation inhumaine (à la manière de gangsters !) des structures étatiques (CARDER, ONASA, ONS, SONAPRA, etc.) ;

  • Considérant les opérations de déguerpissements sans alternative menées à travers tout le pays et dont les conséquences sont la ruine des petits artisans, vendeurs et vendeuses de nos villes ;
  • Considérant la vie chère et le mal vivre général qui accompagnent cette politique de ruine et d’étouffement avec la pression fiscale exercée par des taxes et impôts nouveaux (retour de la vignette !) ;
  • Considérant, par ailleurs, l’attaque frontale de la gouvernance du Président Patrice TALON contre l’Etat béninois avec son slogan “TOUT POUR LE PRIVE“ et dont les grandes illustrations sont la main mise sur le secteur agricole et portuaire et le retour scandaleux du PVI ;
  • Considérant que le vote de la proposition de loi portant régime de recrutement des collaborateurs extérieurs de l’Etat et de la proposition de loi fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main d’œuvre et de résiliation de contrat de travail en République du Bénin, ferme la porte d’accès à la fonction publique aux diplômés des universités, privatise, de fait, la fonction publique et précarise davantage l’emploi dans le secteur privé ;
  • Considérant le projet scélérat de révision de la Constitution transmis subrepticement à l’Assemblée Nationale et le tollé général qu’il suscite au sein de notre peuple ;
  • Considérant que l’introduction de ce projet anti-peuple risque de provoquer des troubles sociaux dans notre pays ;

La Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (CSTB) :

  1. S’indigne de ces attaques brutales contre les libertés et les acquis démocratiques ;
  2. Condamne le caractère provocateur, affameur, destructeur et ruineux de la gouvernance du Président Patrice TALON et son mutisme cynique face aux différents mouvements de grève ;
  3. Met en garde le gouvernement de Patrice TALON et ses thuriféraires tapis ici et là contre les tentatives de liquidation de l’Etat béninois.

La CSTB appelle le peuple et tous les travailleurs à un sursaut patriotique pour sauver la patrie mise en danger par le Président Patrice TALON et les sieurs Olivier BOKO et Johannes DAGNON.

Elle élève une vive protestation contre toute la mal gouvernance et décide d’une grève d’avertissement de 24 heures pour le jeudi 06 avril 2017 qu’elle invite tous les travailleurs du secteur public et du secteur privé du Bénin à observer massivement pour exiger :

  1. l’arrêt des assauts contre les libertés ;
  2. la satisfaction des revendications, objets des différents mouvements de grève en cours et de celles contenues dans les plates formes revendicatives des travailleurs qui ne sont pas encore en grève ;
  3. l’augmentation substantielle du salaire par l’élévation de la valeur de l’indice de traitement et du SMIG à indexer au coût élevé de la vie ;
  4. la réduction des impôts et taxes sur les charges des pauvres ;
  5. la cessation des brutalités contre le peuple et le dédommagement de toutes les victimes des déguerpissements ;
  6. l’abrogation de tous les textes et lois scélérats pris par le gouvernement ou votés par l’Assemblée Nationale ;
  7. le retrait pur et simple du projet de révision de la constitution de l’Assemblée National.

En cas de non satisfaction des présentes revendications, le Président Patrice TALON et son gouvernement seront responsables des graves déconvenues qui en découleraient.

Fait à Cotonou, le 03 avril 2017

Le Secrétaire Général Confédéral

Paul Essè IKO

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Joe , tundé , Jean , que vous êtes c.ons , pour parler d’idioties ; ce sont ces mêmes gens qui vont aider à parvenir à la marina , et maintenant, ils se sont rendus que n’êtes pas des gens biens , que vous êtes vous et votre talon , men.teurs , PIL.leurs , vo.leurs , dic.tateurs , affameurs du peuple etc etc , et ils ont bien raison

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 3 mois

    A quand la retraite politique de ce syndicaliste ?? Un subversif communiste du PCB . Voyez-vous ; l’histoire se répète ; les mêmes hier comme aujourd’hui . On se cache derrière le syndicalisme pour mener une lutte politique . C’est le cas aussi du syndicat des magistrats UNAMAB. Comment voulez-vous éradiquer la misère dans ce pays si on bloque les réformes , on organise des grèves pour paralyser le pays ??? Grèves à des fins politiques et non pour défendre les revendications des travailleurs ??? Vous savez; Talon partira et on verra ce que vous ferez de ce pays et de l’avenir de ses enfants . Honte à vous

    • Avatar commentaire
      Membre unamab 3 mois

      Honte à vous. L’UNAMAB n’a que faire de votre aigreur. Etouffez vous avec.

  • Avatar commentaire
    Tundé 3 mois

    De pures idioties.

    • Avatar commentaire
      Jean 3 mois

      Tundé,
      Tu as parfaitement raison, il y a trop d´idioties qui se développent dans le pays.
      Je demande à Talon de ne même pas se préoccuper du bien-être de ces gens là, ils ne veulent pas évoluer, ils n´ont pas honte de continuer dans leur sous-développement, c´est triste pour le 229 em 2017, les autres pays avançent et ne vont pas vous attendre.
      Ouvrez un peu les yeux et laissez vos instincts de conservateurs afin que le 229 se métamorphose.

  • Avatar commentaire
    Helian 3 mois

    Ils oublié le pvi….retrait du pvi