Reçu sur Soleil FM: Guy Mitokpè pour le retrait du projet de révision constitutionnelle

Reçu sur Soleil FM: Guy Mitokpè pour le retrait du projet de révision constitutionnelle

Pour l'He Guy Mitokpè, le gouvernement n’a pas fait les choses concurremment avec le parlement comme le demande d’ailleurs la constitution elle-même.

Bénin : Patrice Talon a été attristé par la démission d’Azannaï

L’émission « Le Grand rendez-vous » de ce dimanche 02 avril a reçu le député de ‘’l’Union fait la Nation’’, Guy Mitokpè. Il a débattu essentiellement du départ de son mentor Candide Azannai du gouvernement lié, selon lui, au projet de révision de la constitution qui défraie la chronique depuis peu. Pour lui, le gouvernement doit reprendre le projet de la table des députés pour y inclure tout autre contribution.

Le député de ‘’l’Union fait la Nation’’, Guy Mitokpè était l’invité hier de l’émission « Grand rendez-vous » de Soleil FM. Emission au cours de laquelle il a été question de la démission de Candide Azannai, et du projet de révision de la constitution du 11 décembre 1990. Le député a eu l’occasion d’apporter des réponses aux inquiétudes qu’a suscitées le départ surprise de son mentor du gouvernement, il y une semaine.

A l’en croire, c’est une décision du bureau politique du parti de Candide Azannai, ‘’Restaurer l’espoir’’. Le secrétaire général du parti a expliqué que la décision de démission ne saurait être liée à des « supposés» caprices de l’ex ministre de la défense.

« Nous n’étions pas d’accord sur un certain nombre de choses », justifie-t-il.

En réponse aux supputations qui trouvent une fois encore le ministre Candide Azannai versatile, inconstant, son suppléant a essayé de démontrer la logique des rapprochements et distances des différents régimes depuis 2007. Ainsi, rappelle-t-il, Candide AzannaÏ s’est éloigné de Boni Yayi en 2007, en dénonçant la trahison des accords du début, avant de se rapprocher à nouveau du même Boni Yayi en 2009.

Sa distance définitive du régime défunt en 2012 n’est que le résultat du non-respect des principes établis, selon Guy Mitokpè. Pour lui, Candide Azannai se veut un homme de principe ainsi que son parti, et a dû quitter le gouvernement dans la logique de ce dernier.

« Combien de fois vous avez vu un ministre démissionner, non pas parce qu’il a détourné des deniers publiques, mais parce que la République est en danger ? », demande-t-il.

Il trouve dans cette décision un engagement aux côtés du peuple. « Il n’y a pas plus grande responsabilité que de se mettre aux côtés du peuple », a-t-il déclaré. Et d’ajouter qu’on ne fait pas allégeance à une personne mais au peuple. D’après les explications de Guy Mitokpè, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est la question de révision de la constitution.

L’invité du Grand rendez-vous a également annoncé au cours de l’émission la sortie de son mentor les jours à venir. Cependant il n’a pas su dire si le parti ‘’Restaurer l’espoir’’ sera désormais de l’opposition ou toujours de la mouvance.

« Nous ne sommes pas de l’opposition, mais nous sommes du côté du peuple », a laissé entendre le député de la 16è circonscription électorale.

Articles litigieux

S’agissant du projet de révision de la constitution, le député Guy Mitokpè, membre de la commission des lois a fustigé « la manière dont les débats sont conduits », et déplore le voile de mystère dont on a délibérément entouré le projet. Aussi, dit-il, beaucoup de pas ont été faussés. Pour lui, le gouvernement n’a pas fait les choses concurremment avec le parlement comme le demande d’ailleurs la constitution elle-même.

Il explique que dans le cadre de l’adoption des lois ordinaires, des séminaires sont organisés à l’intention des parlementaires pour leur permettre de s’approprier lesdits textes. Ce qui n’a pas été le cas dans le cadre du projet de révision de la constitution. Toute chose que dénonce le seul député ayant voté en commission contre le rapport de la commission des lois sur la recevabilité du projet envoyé par le gouvernement. Selon Guy Mitokpè, il est important que chaque composante puisse apporter sa contribution à l’élaboration de ce projet.

« Sur ce projet, nous avons dit que c’est un tournant décisif pour la République, il faut impérativement que nous puissions participer au débat, que nous puissions apporter notre pierre à l’édification de ce qui est en train d’être fait », relève le député.

Il met également à l’index quelques articles litigieux contenus dans le projet de loi portant révision de la constitution. En exemple, il a cité l’article qui veut que le Chef de l’Etat enlève au parlement le rôle de ratification des accords de prêt. Pour lui, il faudra que le gouvernement retire son projet. Car, dit-il, les amendements vont se révéler être un véritable « exercice d’exorcisme ».

En définitive, le parti ‘’Restaurer l’espoir’’ n’est pas contre la révision de la constitution, mais il se range du côté de ceux qui exigent un débat national préalable

Les auditeurs sont restés sur leur faim

La sortie du député Guy Mitokpè, une semaine après la démission de son mentor, loin de faire connaître précisément les raisons du départ de l’ex ministre de la défense, a laissé les auditeurs sur leur faim. On avait pourtant espéré qu’il en fût autrement.Tellement l’attente a été longue! On pouvait s’imaginer la frénésie qui s’est emparée des curieux à l’annonce de cette sortie du député. Mais à l’arrivée, on est resté sur sa faim. Hélas!

Le député a su contourner le carrefour où l’attendait tout un peuple, évoquant vaguement des raisons qui ont poussé Candide Azannai à déposer le tablier. Il n’y a désormais que Candide Azannai lui-même pour étancher cette soif sans cesse grossissante au fil des jours. Vivement qu’il rompe enfin son silence !

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Le Boss 7 mois

    pour moi candide vaut mieux que adrien qui ne pense qu’a l’argent.

  • Avatar commentaire
    Jean 7 mois

    Après on vient nous vendre qu´il est du côté du peuple, c´est du PIPO, c´est du mensonge.
    Aujourd´hui PIPO a abandonné CANULAR. kkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk

  • Avatar commentaire
    Jean 7 mois

    kkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk, Azannai est un éternel insatisfait et un nomade politique. Il nous a dit dans ce pays en 2010 que c´est Adrien Hougbédji qui a crée ICC-servicesavant de revenir en 2015 nous dire que Houngbédji est un vrai homme d´état.
    Lissez bien la biographie politique de Azannai et vous comprendez qu´aucun homme de principes ne peut lui faire confiance.