4 Mai 2015 – 4Mai 2017: Candide Azannaï retrace l’histoire de son enlèvement manqué

4 Mai 2015 – 4Mai 2017: Candide Azannaï retrace l’histoire de son enlèvement manqué

Annoncée à grand renfort médiatique sur les réseaux sociaux, la commémoration ‘’de la résistance de Cotonou a eu lieu".

Démission de C. Azannaï et limogeage de Hêhomey : Talon doit enfin remanier son équipe

Le ministre Candide Azannaï, face à la presse locale ce jeudi 4 mai 2017, a retracé l’histoire de son enlèvement manqué.

Adulé par la horde de d’admirateurs et de sympathisants venus l’écouter, l’ex ministre de l’intérieur fait un bond dans l’histoire.

« J’étais avec un certain nombre de députés dans la maison du député, le Président Aditi Houdé Valentin pour réfléchir sur l’élection au perchoir du président Adrien Houngbédji. Je m’étais rendu à cette réunion qui a commencé à 22 heures et qui a pris fin à une heure du matin. C’est donc du retour de Calavi de chez le président Houdé que j’ai eu les premières informations. Ces informations me proposaient trois scénaris. Soit fuir de Cotonou et du Bénin, soit allé me rendre et le troisième prendre mes responsabilités », a raconté l’honorable Azannaï.

Il faut préciser que cette arrestation manquée avait donné lieu à une tension sociale à nulle autre pareille.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    popo 6 mois

    Du déjà entendu Candide. Tu peux changer de disque !!!

  • Avatar commentaire

    Ah! Joe,
    Lorsque Azannaï ferraillait contre YAYI, il était bien à tes yeux hein! Maintenant, il veut exister en dehors du mec qui a la télécommande et là patatras, il n’a plus grâce à tes yeux! Hum! Ca va être comme ça pendant 4 ans… va falloir t’y faire Joe avec ton petit bureau rikiki à la présidence !

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 6 mois

    Azannaï qui se victimise. Pourquoi n’écrit -il pas un livre ??? A quoi pense t-il ??? Veut-il le pouvoir ??? La présidence de la Republique ???
    A quoi sert la réunion de badauds autour de journalistes ???
    Pour dire à Azannaï que finalement ; on s’en moque ,