ARCH : Un projet de protection sociale pour sortir le Bénin de la précarité

ARCH : Un projet de protection sociale pour sortir le Bénin de la précarité

Le ministre du travail de la fonction publique et des affaires sociales, était hier mardi 16 mai 2017 sur la chaine de télévision nationale (Ortb), da

1er Mai : Les syndicats présentent leur cahier de doléances au gouvernement
Partages

Le ministre du travail de la fonction publique et des affaires sociales, était hier mardi 16 mai 2017 sur la chaine de télévision nationale (Ortb), dans l’émission « Bénin révélé », pour faire le bilan des douze derniers mois de la mise en œuvre des réformes dans son département ministériel. Cette sortie a permis à Adidjatou Mathys de lever un coin de voile sur l’un des « projets phares » du gouvernement, l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch).

Le dernier trimestre de l’année 2017 connaîtra la mise en œuvre effective de l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch). C’est l’annonce qu’a faite le ministre du travail de la fonction publique et des affaires sociales, Adidjatou Mathys, à l’occasion de son passage ce mardi 16 mai sur la chaine de télévision nationale (Ortb). Reçue pour faire le bilan de l’an 1 de mise en œuvre des réformes dans les secteurs dont elle a la charge, Adidjatou Mathys s’est essentiellement focalisée sur l’Arch qui selon elle est « une nouvelle stratégie de protection sociale, dans le but de renforcer le capital humain et de réduire la précarité», et qui « sortira définitivement le Bénin de la précarité ».

D’un montant de 313 milliards de F Cfa, ce projet sera financé à hauteur de 10% par le gouvernement béninois, et le reste par les partenaires techniques et financiers. Aux dires du ministre, la phase pilote du projet sera mise en œuvre à compter du dernier trimestre de l’année en cours, avec l’enrôlement de 5% de la population. En 2018, 75% seront enrôlés et le reste suivra. Des explications du ministre, l’Arch comporte un paquet de 4 services dont l’assurance maladie, la formation, le microcrédit et l’assurance retraite. D’après Adidjatou Mathys, le tiers du budget de ce projet a été déjà mobilisé

L’assurance maladie

Le premier volet de l’Arch est l’assurance maladie. Cette assurance consiste à favoriser l’accès à tous, aux soins de santé sur toute l’étendue du territoire national. Elle s’impose à tous les résidents du Bénin et donc, est obligatoire. Notamment, les plus pauvres ou les personnes démunies sans occupations, sont entièrement pris en charge par l’Etat. Pour les moins pauvres, l’Etat assume leur assurance maladie à hauteur de 40%. Les personnes riches et les professionnels individuels se prennent eux même en charge de même que les employés du secteur privé au moyen d’une cotisation versée par leurs employeurs. En ce qui concerne les fonctionnaires d’Etat, c’est l’Etat qui paye leur prime d’assurance maladie à travers un prélèvement salarial.

La formation

La formation s’inscrit dans la logique de l’amélioration de l’employabilité des citoyens. Il s’agit d’une formation opérationnelle qui concerne principalement les acteurs du secteur informel (les mécaniciens, les tailleurs, les frigoristes, les agriculteurs, les transporteurs, …). Visant à renforcer les capacités professionnelles de ces acteurs, ce volet est entièrement pris en charge par l’Etat via une subvention.

Les microcrédits

Ce troisième service consiste à accompagner financièrement les personnes n’ayant pas les moyens. L’Etat leur accordera des prêts pour qu’ils aient le minimum de moyens afin de mener une activité. Conscient de l’existence préalable de certaines structures comme le FNPEJ, le FNM, le MCPP, …, le gouvernement entend étudier la possibilité de leur intégration pour servir utilement l’ARCH. Toutefois, cela peut aboutir à leur disparition ou encore, que ces structures abandonnent les projets déjà pris en compte par l’ARCH.

L’assurance retraite

L’assurance retraite est une mesure exclusive. Il s’agit d’un paiement de cotisation qui ne concerne pas tout le monde. Adidjatou Mathis : « Elle vise les personnes non pauvres qui ne bénéficient pas de subvention de l’Etat ». La cotisation s’élève à 30 000 f cfa par an avec une contribution de 20% par l’Etat.

ARCH/RAMU

Il faut rappeler que l’ancien régime avait institué avant son départ, un programme connu de tous, dénommé RAMU. Quel serait son avenir ? A cette question, la ministre apporte une précision. « Le RAMU s’intéresse seulement à l’assurance maladie, alors que l’ARCH comporte un pacquage de 4 services dont l’assurance maladie ». Ainsi, le RAMU va disparaître au profit de l’ARCH avec l’exception que le patrimoine du RAMU sera versé à l’ARCH. « Il y a eu par exemple le recensement des pauvres dans 52 communes que nous prenons en compte. Il y a également, la liste et prix des produits remboursables. Il y a également, le répertoire des actes ». Pour la formalisation effective de l’ARCH, Adidjatou Mathis annonce que le gouvernement va introduire au parlement un projet de modification du RAMU afin que la loi sur l’ARCH soit votée.

Les 3 composantes de l’ARCH

L’exécution du programme ARCH comporte 3 composantes. Adidjatou Mathis : « La première, c’est le système d’information et de gestion du ARCH ». C’est l’étape de la constitution de listes pour répertorier les citoyens selon leur catégorie socio professionnelle (les pauvres extrêmes, les pauvres non extrêmes, etc). Il prend en compte l’enrôlement biométrique des personnes bénéficiaires, la distribution des cartes biométriques et la communication et la sensibilisation. Selon la ministre, l’ARCH se veut un projet inclusif qui va rassembler tous les partenaires sociaux à savoir,  les organisations de la société civile, les mutuelles de santé, les populations, …

La seconde composante est la fourniture des services. « La mobilisation qu’il faut pour payer les différentes subventions, la contribution à l’assurance retraite, la subvention à la formation, … ».

Enfin la troisième composante, c’est la coordination de gestion et de suivi évaluation qui sera assurée par l’Etat et le renforcement des capacités.

Qui finance l’ARCH ?

Le coût global du financement de l’ARCH s’élève à 313 milliards de francs cfa. L’Etat béninois contribue à hauteur de 10% et compte mobiliser le reste auprès des

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 18
  • Avatar commentaire
    Big 6 jours

    Il y a trop de non-dits et de flou dans cette histoire. Sur quels critères on décide que tel citoyen est pauvre, non pauvre, et riche?
    En gros toutes les 4 composantes de leur Arch ne sont que des prêts déguisés à rembourser d’une manière ou d’une autre

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 jours

      Je pense que ce sera d’abord par rapport à leurs impôts ou par rapport à leur patrimoine connu par l’administration.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 6 jours

    Dites à talon que les beninoises et les beninois n’ont pas besoin de milliards pour acheter des médicaments contre le palu , la diarrhée. Que ces ruptucons trouvent d’autre alibi pour piller le benin

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 6 jours

    Cuba qui a un des meilleurs systèmes de santé pour sa population ne sait pas endetté tant que ça à ce que je sache , avec l’es.croc de talon le benin est en faillite

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 jours

      À Cuba ce n’est pas seulement le système de santé, il y a aussi l’éducation avec un taux d’alphabétisation qui avoisine les 95%,sans compter les écoles de danse, de chants bref une vraie culture même si les médecins ne gagnent pas plus de 1500 euros. Ce qui fait beaucoup par rapport au coût de la vie à Cuba. Quelques uns de nos étudiants y sont. Espérons qu’ils vont en prendre de la graine !

  • Avatar commentaire
    AFIM 6 jours

    Si le gouvernement ne dit ou ne fait rien,on parlera. soufflons qu’il nous conduise partout selon sa volonté. C’est notre choix. Toujours est-il que le bas peuple était, est et restera misérable tant qu’il y a des gens qui veulent que ns mourons de faim.

  • Avatar commentaire
    Amaury 6 jours

    Ah bon ? Il faut mobiliser aussi le reste auprès des bailleurs ? Lesquels pour que l’ARCH soit rapidement opérationnel ? Je veux bien savoir parce que les ressources concessionnelles et de don sont très rares actuellement.
    Espérons que le gouvernement dispose déjà des 10% pour démarrer.
    C’est à se demander la date de démarrage effectif du PAG !!!
    Courage encore 47 mois à tirer !

  • Avatar commentaire
    aziz 6 jours

    A vrai dire..moi je ne vais pas perdre mon temps à lire l’article..qui n’est qu’une manipulation médiatique..

    Toujours des patates..des patates..et ça fait ..tic…dans nos cerveaux..phagocytés par l’odeur du blé..puisque que tout le monde..sait qu’aujourdhui..dès que le beninois..entend..le mot argent…il perd toute les facultés..et devient maniable..

    Le pag..qui se résume..pour l’instant..à des tournées..,des séances de vulgarisation,…mais qui englouti….des sommes en perdiems..,frais d’hotels,de carburants,de frais de missions…et séminaires ,symposium…et quelques idioties du genre…pour cacher..l’incompétences…notoires..de mettre en applications..des décissions politiques

    peuples génétiquement immatures..incompétents…qui ne sont pas encore entré dans l’histoire…?..je le confirme..

    Et pour preuve..en allemagne,en france..et dans les pays scandinaves…quand on un projet de société..bien muri..ont l’applique…sans passer…par des betisation de la population.

    On me dira..que ces cadres là…sont formés en europe..et qu’ils passent le plus clair de leurs temps en europe..par semaines….mais incapables d’appliquer..chez eux..ce qu’ils observent..en terme de savoir..gerer…un pays..

    De façon péremptoire..j’ai dit…que le parcours académique…les diplomes abtenus…ne sont pas..une fin en soi..et celà ne casse pas les briques…outre mesure..

    C’est légitime…de se poser…la question de savoir..pourquoi…nous les négres..nous sommes génétiquement,mentalement,et comportementalement…bloqués…

    En résumé…ces imposteurs…de pieds nickelés incapables..passeront…4 ans…à vulgariser…leur pag…aux populations…qui elles attendent..des actions….

    a un an..de la fin de leur mandat…ils nous diront..que les opposants ont bloqué leur pag….mais entre temps..400 patates…auront disparus..

    C’est ça la politique…hélas au benin..

    Un rawling..beninois…nous produira..un pag..sans endettement..sans..perde de temps…c’est à dire du concret..du quantifiable,du mesurable..

    les beninois..un peuple cu pide..cretin..je le pense..et je le crois

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 jours

      @ Aziz. Je crois sincèrement que tu as raison. On dit en général que grâce aux neurones miroirs (découverts par un Italien dans les années 1990), nous sommes capables d’apprendre par imitation. C’est d’ailleurs ce que faisaient tous les anciens peintres de la Renaissance en copiant servilement leurs maîtres avant de trouver leur voie.
      Qu’en est-il du négre que nous sommes ? Nous avons dès le départ un sérieux handicap : tout ce que nous avons appris et la langue dans laquelle nous l’avons appris est comme un vernis, disons tout simplement que cela ne nous est pas naturel. C’est du planqué et lorsque nous quittons un environnement constitué de ces acquis pour chez nous le vernis craquelle ou le plaqué se fissure laissant apparaître des failles.
      Autre chose, c’est notre environnement premier qui nous a fait et cet environnement fait partie de ce que tout le monde appelle le berceau de l’humanité. Nos neurones ne seraient-ils pas differents de ceux des peuples modernes faisant ainsi des espèces de dinosaures incapables d’adaptation au monde moderne et à ses outils de travail ? Je ne fais que poser la question. Qu’on aille pas penser que j’encourage l’ethnocentrisme

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 6 jours

        Faisant ainsi de nous des espèces de dinosaures…

  • Avatar commentaire
    sonagnon 6 jours

    “Le coût global du financement de l’ARCH s’élève à 313 milliards de francs cfa. L’Etat béninois contribue à hauteur de 10% et compte mobiliser le reste auprès des…”

    C’est dire que nous sommes encore à l’étape du rêve!!!
    Si un an après la prise du pouvoir en rêve encore à ce point, ce gouvernement ne fait que du surplace pour les questions de développement économique et social.
    Mais pour les secteurs où TALON peut avoir des intérêts personnels, les réformes sont immédiats, peu importe les conséquences sociales et les manques à gagner pour les finances publiques. Voilà qui est TALON!!!

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 6 jours

      Un es.croc incurable

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 jours

      C’est quand étonnant que tous ces ministres avec leurs sous fifres et qui constituent le gouvernement se montrent incapables de réfléchir rationnellement. Qu’ils appliquent la méthode de Descartes qui consiste à fractionner tout problème afin de pouvoir le resoudre par étapes. Sont-ils tous dotés de cerveau reptilien comme dirait l’autre ?

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 jours

      Emprunter ne leur fait pas peur puisqu’ils pensent refiler les dettes au prochain gouvernement ou à leurs enfants.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 6 jours

        Doyen codjo bien parlé, seulement eux et leurs enfants vont fuir à l’extérieur et ensuite vous narguer

        • Avatar commentaire
          CODJO ATAKOUN 6 jours

          On fera comme Buhari et on lancera l’interpole à leurs pour récupérer tous leurs avoirs. Dieu m’entende.

          • Avatar commentaire
            Amaury 6 jours

            Amen !

          • Avatar commentaire
            CODJO ATAKOUN 6 jours

            Je dis merci à Amaury si son amen vient du fond du cœur. Faisons comme Juppé ou Macron sur ce forum en étant bienveillants avec nos contradicteurs tout en examinant avec rigueur les idees qu’il avance.