Bénin: Le dossier “Dangnivo” refait surface à l’Assemblée

Bénin: Le dossier “Dangnivo” refait surface à l’Assemblée

Le député Dakpè Sossou vient de remuer le couteau dans la plaie dans le dossier de la disparition d’Urbain Pierre Dangnivo, à travers une interpellation du gouvernement de la rupture.

Exploitation anarchique du bois au Bénin: L’He Kora Gounou Zimé interpelle le gouvernement

Un scabreux dossier qui risque d’embraser dans les jours à venir l’hémicycle. Les débats seront très houleux dans les jours à venir à propos du dossier Dangnivo, ce cadre du ministère de l’économie et des finances dont la disparition mystérieuse est encore fraiche dans la mémoire des béninois.

Le député Dakpè Sossou vient interpeller le gouvernement à travers une question orale avec débat, relative à l’évolution du procès de ce dossier.

Intégralité de la question orale avec débat posée au gouvernement

Objet : Evolution du procès de la disparition de Pierre Urbain Dangnivo

Courant février 2010, Pierre Urbain Dangnivo, membre du Parti social-démocrate (PSD), a révélé des scandales financiers au Bénin, notamment la fameuse ICC-Services, dans laquelle l’ancien Président de la République Yayi Boni, aurait été mis en cause. Le mardi 17 août 2010 alors qu’il sortait du service, Pierre Urbain Dangnivo, cadre du ministère de l’économie et des finances originaire de l’arrondissement de Sè, dans la commune de Houéyogbé, n’a pu rejoindre sa famille. Jusqu’à nos jours, le peuple béninois à du mal à se prononcer avec certitude sur son enlèvement ou son assassinat.

Avec tout ce mystère, la douleur reste plus forte au sein de la famille Dangnivo qui réclame son fils. Des protestations incessantes avaient alors émané de toutes les couches de la population. Elles se poursuivent aujourd’hui, à travers des manifestations diverses d’hommes et de femmes dans les rue, individuellement ou collectivement. Le Bénin tout entier continue d’exiger que les autorités chargées de la sécurité des personnes et des biens -le gouvernement-, fasse correctement son travail pour retrouver le disparu sain et sauf. Pour souvenirs, un corps jusque là non identifié, avait été exhumé en présence du Procureur de la République de Cotonou, des membres du comité de crise mis en place par les autorités d’alors, et des représentants des syndicats, le lundi 27 septembre 2010. Ce cadavre gisait dans une fosse, creusée dans la maison d’un charlatan.

Entamé cinq années plus tard en 2015, le procès Dangnivo peine à faire la lumière sur la disparition ou l’assassinat de cet homme. Pour mémoire, il faut retenir que le procès avait commencé par les déballages du présumé assassin du sieur Pierre Urbain Dangnivo et de son supposé complice, qui n’assument pas la responsabilité de la mort de Dangnivo. Ils l’avaient pourtant reconnu lors de l’instruction. Contre toute attente, ils ont par la suite rejeté leur première déposition, en affirmant que les précédents aveux s’étaient faits sous la torture. Ils ont même mentionné le nom de plusieurs autorités qui leur ont demandé de reconnaitre le crime contre de l’argent. En février 2015, un des présumés assassins, le sieur Alofa Codjo Kossi, s’évade de la prison civile de Missérété. A l’audience qui a suivi son évasion, Alofa Codjo Kossi, après qu’il fut retrouvé au Togo voisin, révèle : « ils m’ont déposé à la frontière du Togo et m’ont donné 50.000 F CFA pour fuir ». Suspendu à la demande de la partie civile qui avait soulevé une exception d’inconstitutionnalité, le procès tant attendu pour élucider les conditions de la disparition de Pierre Urbain Dangnivo, n’a plus jamais été ouvert.

La représentation nationale demande au gouvernement de fournir des réponses claires aux questions ci-dessous afin d’éclairer l’opinion publique sur cette affaire ténébreuse et qui n’a que trop duré.

  1. Jusqu’à quand la réouverture du procès de la disparition de Dangnivo ?
  2. L’évolution de ce dossier ne prend-elle pas l’allure de la gestion d’un secret d’Etat ?
  3. Quel est le citoyen dont le corps a été exhumé le 27 septembre 2010 ?

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 mois

    “Yabo bou azo ni” pour eviter que le vol organise’ au ministere des finance sous son regne soit mis a’ nu.

  • Avatar commentaire
    aziz 3 mois

    Faire confiance..à l’institution….mon oeil…!!!

    Le député..est dans ses droits..

    Dagnivo.et beaucoup d’autres..qui ont connus..des sorts divers…et dont les familles…sont dans la souffrance..ont droit à la justice..

    Cependant..je crois qu’il des choses bizarres dans ce dossir

    Le ministre de la justice…n’était il pas avocat…dans cette affaire…?

    Il a donc..les moyens pour que la verité éclate…et pourquoi ne le fait il pas..?

    Surement…que des rupturiens..sont impliqués dans ce dossier

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 3 mois

    La justice s’occupe de l’affaire DANGNIVO le parlement n’a plus rien a y faire!!!
    Le député Dakpè ne voit pas les dérives auxquelles se livre Talon pour l’interpeller???
    Les cri.mes économiques, la corruption érigée en méthode de gouvernance etc…
    Il ne voit rien de tout ça?
    Il a encaissé aussi 5 millions pour être au service de Talon, ce n’est pas surprenant qu’il passe à côté de la souffrance actuelle du peuple pour s’occuper des dossiers qui ne sont pas de son ressort, juste pour distraire le peuple.

    • Avatar commentaire
      Cabsco Fosyl 3 mois

      si il était un parenté à toi ou pire ton papa ce Pierre Urbain Dagnivo, je pense fort que tu n’aurais eu une réaction pareille. ça pourrait être ton tour demain ou quelqu’un de très proche de toi.

      • Avatar commentaire
        sonagnon 3 mois

        Personne ne dit de ne pas chercher à connaître la vérité sur le dossier DANGNIVO!!!
        Le parlement n’est pas l’endroit indiqué pour la manifestation de la vérité dans ce dossier.

        Patrice TALON et ses hommes de main comme DAKPE SOSSOU cherchent à tromper le peuple en agitant des dossiers qui passionnent le peuple pour détourner son attention face aux drames que fait sublir Patrice TALON au peuple béninois par sa politique de vo.l, d’appauvrissement et d’injustice.

        S’il y a une question urgente à engager au parlement béninois aujourd’hui, c’est normalement une procédure de destitution de Patrice TALON.
        Mais nous n’avons que des députés à la solde de la mafia au pouvoir qui sont au parlement, nous n’avons donc aucune chance que ces députés remplissent correctement leurs missions dans l’intérêt du peuple.

        Un dossier cri.minel se règle devant la justice, pas au parlement, nous sommes dans un régime de séparation des pouvoirs.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Le député ” ils vont tous payer ” ne sait pas que lorsqu’une affaire est pendante devant la justice on doit la boucler ! Et puis lui du législatif , ou place t-il le principe de la séparation des pouvoirs ?

    • Avatar commentaire
      Prince Toffa 1er 3 mois

      Vos remarques sont tristes et vous n’avez rien compris des scandales politiques. Le mutisme du peuple encourage le mutisme des institutions donc il faut agir comme l’a fait Dakpe Sossou.

    • Avatar commentaire
      Prince Toffa 1er 3 mois

      OLLA OUMAR
      Vos remarques sont tristes et vous n’avez rien compris des scandales politiques. Le mutisme du peuple encourage le mutisme des institutions donc il faut agir comme l’a fait Dakpe Sossou.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON [ Emmanuel MACRON ] 3 mois

    121 COUPS DE CANON POUR SALUER LE DEPUTE DAKPE SOSSOU .
    YAYI BONI DOIT AVOIR DU CA.CA OU KA. KA DANS LES FESSES .
    POINT BESOINS D’ENQUETE .
    C’EST DEVANT YAYI BONI A LA MARINA QUE TOUTE CETTE TRISTE TRAGEDIE S’EST PASSEE .
    IL FAUT VITE RETROUVER YAYI ET LUI POSER VITE LA QUESTION .
    AZIZ, CODJO ATAKOUN , OLLA OUMAR ET AUTRES COUSINS DE YAYI BONI DOIVENT AVOIR DES PAPIERS HYGIENIQUES ET AUTRES CALEBASSE D’EAUX POUR NETTOYER LE KA.KA DE YAYI CAR FEUX DANS LES FESSES DU FILS DE TCHAOUROU .
    VITE LA VERITE ET QUE L’AME DU DISPARU REPOSE EN PAIX .