Bénin : Le Pvi fait flamber les prix sur le marché, selon Gounongbé

Bénin : Le Pvi fait flamber les prix sur le marché, selon Gounongbé

L’émission sociopolitique ‘’Le Grand Rendez-vous’’ de soleil Fm a reçu le dimanche 21 mai 2017, le président d’honneur du Congrès pour le progrès du peuple (Cpp), Jean Gounongbé.

Affaire PPEA II: La décision est en elle-même un non-lieu, selon Essè Iko

Le politicien et opérateur économique a passé en revue des sujets importants de l’actualité nationale, notamment le non-lieu rendu dernièrement par la justice dans l’affaire PpeaII, la cherté des produits de première nécessité sur le marché due à la relance du Pvi, et le déclin des Fcbe.

Le président d’honneur du Congrès pour le progrès du peuple (Cpp) Jean Gounongbé, opérateur économique et ancien membre des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), était reçu dans l’émission ‘’Grand rendez-vous’’ de ce dimanche. L’invité s’est prononcé sur plusieurs sujets de l’actualité nationale, notamment la relance des activités du Pvi. , le non-lieu rendu dans l’affaire Ppea II, et les Fcbe après Yayi. Sur le premier sujet, il a fait savoir que la flambée du prix des produits de première nécessité ces dernières semaines est due à la relance des activités du Programme de vérification des importations (Pvi). Selon les explications de l’opérateur économique importateur de farine de blé, depuis la relance du Pvi, les importations ont drastiquement chuté. Beaucoup d’importateurs comme Jean Gounongbé attendent de voir comment les importations seront désormais dédouanées, avant de s’engager à nouveau dans leurs activités. Conséquences, les produits sur le marché coûtent plus chers maintenant qu’avant. La farine de blé est passée de 20 000fcfa le sac à 31.000fcfa puis 33. 000fcfa. Evidemment l’offre est inférieure à la demande. Le président de l’association ‘’Mahi Hwendo’’ estime que si le Pvi actuel est conduit de la même façon qu’avant,  toutes les importations seront stoppées. Il déplore l’attitude du Sg Syndob Marcelin Laourou, qui a pris beaucoup de positions tant politiques que non politiques, dans la période même de relance des activités du Pvi. Cela a mis en doute ses déclarations selon le président d’honneur du Cpp, concluant qu’il attendait de voir le traitement qui serait réservé aux « premiers courageux ».

L’affaire Ppea II

Il y a quelques jours, la justice a rendu une ordonnance de non-lieu dans l’affaire du Programme pluriannuel d’appui au secteur de l’eau et de  l’assainissement (PpeaII). Une décision que beaucoup ont du mal à comprendre, quand on sait que des personnalités, pas des moindres, sont impliquées dans le dossier et qu’on espérait des sanctions.

Dans le ‘’Grand rendez-vous’’ de ce dimanche, le président d’honneur du Cpp Jean Gounongbé a déploré le contexte dans lequel la décision est intervenue et noté que cela prête un peu à équivoque. Selon l’invité de soleil fm, elle a été prononcée alors même que 59 députés déclaraient officiellement leur soutien au régime du président Patrice Talon. Et parmi ces parlementaires, figurent d’anciens membres des Fcbe comme Rachidi Gbadamassi, Bako-Arifari Nassirou, Robert Gbian, et particulièrement Barthélémy Kassa, fortement cité et impliqué dans le dossier Ppea II. L’opinion publique nationale soupçonne que ce non-lieu a été rendu à dessein, pour définitivement enterrer l’affaire Ppea II dans laquelle sont impliqués des députés désormais proches de la majorité présidentielle et autres personnes pas très connues du grand public, mais proches du PR. Jean Gounongbé conclu qu’on ne pourra pas lutter contre la corruption à cette allure.

Le déclin des cauris

Depuis le départ du pouvoir de l’homme du changement, certains partis alliés ont pris leurs distances des Forces Cauris pour un Bénin émergent, pour plusieurs raisons. Le Mouvement espoir du Bénin (MEsB) du professeur François Abiola a été le premier à tourner dos aux cauris. Le Congrès pour le progrès du Peuple (Cpp) a fait pareil à l’occasion de ses assises ordinaires qui ont vu l’élection de Christelle Houdonougbo. Et dernièrement, 15 députés Fcbe ont jeté l’éponge. A la question de savoir pourquoi tant de départs au sein de la famille cauris, Jean Gounongbé a été on ne peut plus clair. Les Fcbe du temps de Boni Yayi étaient mieux organisés qu’après.

L’invité de ce dimanche estime que le coordonnateur Eugène Azatassou n’a pas la capacité de pouvoir conduire la troupe comme l’ancien chef, etc. L’ancien chargé de mission de Yayi s’est également prononcé sur plusieurs autres sujets sur lesquels nous reviendrons dans nos prochaines parutions

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    sonagnon 5 mois

    Le retour du PVI est inacceptable!!!
    Le silence coupable des parlementaires qui soutiennent les agissements de Patrice TALON qui vole littéralement le peuple béninois au vue et au su de tout le monde, fait du Bénin, un pays moyenâgeux en plein 21 ème siècle.

    Les béninois n’ont plus aucune fierté à l’extérieur du pays, avec la gestion calamiteuse des affaires publiques qui se déroule au pays.
    Certains y trouvent leurs comptes, mais la justice de l’histoire est implacable, et on ne peut pas demander aux africains d’étudier en occident, de maîtriser la science et les techniques de développement des grands pays, et refuser en même à ces africains de les mettre en oeuvre chez eux.

    Patrice TALON a dépassé la limite du tolérable; dans un pays sérieux, la seule alternative, c’est sa destitution et son incarcération, moi je n’y vois aucune autre alternative.
    Si non, qui peut me dire qu’il est digne d’être le garant de l’intérêt général dans le sens de notre constitution, avec les forfaits auxquels il se livre???

    Il faut être son complice, ou tout simplement un ignorant, pour dire le contraire. Pour ma part, la lutte va continuer jusqu’à ce qu’il rende compte!!!

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 5 mois

      @Sonagnon,
      Je valide. C’est surtout incompréhensible que les populations ne se soulèvent pas pour mettre fin à ce pillage systematique.

  • Avatar commentaire
    Tchite' 5 mois

    Fallait s’y attendre lorsqu’un travail qui devrait etre fait avec peu de ressources et de moyen et entite’s, se fait avec des socie’tes crees juste a’ cet effet qui se font payer a’ leur tour, les population devront subir les augmentation de prix pour service rendus.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 5 mois

    Nous apprécions le ” parler vrai ” de ce monsieur , en grande partie