Bénin : Quand le GRADEM, soutien d’hier, change de main

Bénin : Quand le GRADEM, soutien d’hier, change de main

La présidente d’honneur du Groupe de Réflexions et d’Actions pour la Démocratie En Marche (GRADEM), Sonia Akpo Bendjou était hier dimanche sur soleil fm.

Sommets internationaux : Patrice Talon, mauvais élève de l’Union africaine, de la Cedeao et de l’Onu

Artisans à l’accession de Patrice Talon au pouvoir d’Etat, cette association nourrit, aujourd’hui, du regret et préfère s’engager dans la veille citoyenne. Le GRADEM est un cercle constitué de militants résidents au Bénin et à l’extérieur. Sa présidente, sur soleil fm, a passé en revue l’actualité béninoise, la  gestion de Patrice Talon, notamment.

Sonia Bendjou annonce que le GRADEM ne s’inscrit plus dans la même configuration politique que celle de l’avant 2016. Loin d’incarner une opposition, il y a nécessité d’instaurer une veille citoyenne face aux excès du pouvoir en place.

Qu’est-ce qui vaut ce changement de mains ?

Depuis le 06 Avril 2016, les profonds changements espérés sur les plans économique, politique et social surtout, n’ont pas été obtenus. Plus grave, « La veille citoyenne est enrhumée », a-t-elle déclaré. Plusieurs faits déplorables ont jalonné un an d’exercice de pouvoir de Patrice Talon. Cette situation nécessite, selon elle, un changement de méthode. Plutôt que de soutenir les politiciens, « le seul combat qui pourrait soulager les populations, réside dans la veille citoyenne ». Toutefois, Sonia Bendjou note quelques avancées, particulièrement, sur le plan la libre expression.

La liberté de presse

La présidente du GRADEM trouve que la liberté de presse n’est pas  encore menacée au Bénin, comme dans d’autres pays de la sous région. Néanmoins, on ne doit pas baisser les bras. A cet effet, Bendjou interpelle les organes de défense des droits des hommes des médias. Elle explique que toutes les forces vives doivent être mobilisées. Elle se réjouit de la relance des émissions de la chaîne de télévision privée Sikka tv. C’est le signe d’un paysage médiatique qui, se porte plus ou moins bien. De même, elle a apprécié le Programme d’Action du Gouvernement. Mais, elle reste dubitative quant à la concrétisation de ce programme ambitieux.

Un programme d’action cohérent, mais irréaliste

Critiquant la gouvernance Talon, Sonia Bendjou avance que l’actuel gouvernement baigne dans la communication permanente. « Tout se fait et se dit sur la base de chiffres et d’une simple communication. Il faut présenter du concret à l’opinion ». Le PAG, pourtant apprécié par rapport à son contenu, son aboutissement n’est pas d’une évidence absolue.

Par ailleurs, la présidente du CRADEM insiste sur l’obligation du gouvernement à faire des comptes rendus sur l’état et l’évolution des mobilisations des fonds dans  le cadre du PAG.

Les déplacements du chef de l’Etat

Elle s’interroge sur les déplacements de Patrice Talon à l’étranger. Mme Bendjou estime que tout n’est pas dévoilé sur les voyages qu’effectue le président de la République. Elle n’exclut pas l’hypothèse selon laquelle, le chef de l’Etat utiliserait l’avion présidentielle à des fins personnelles. Aussi, a-t-elle levé un coin de voile sur la position du CRADEM à propos de la réforme constitutionnelle.

Le projet de révision de la constitution

Sonia Bendjou rappelle que le CRADEM a beaucoup œuvré dans la période de révision en faveur du vote, au moyen de messages de sensibilisation. Toutefois, Patrice Talon devrait revenir sur certains points. Ce qui a concouru à l’échec du projet. Elle dénonce l’inconstance du président de la République. En effet, l’engagement de Patrice Talon à réviser la constitution n’est pas ferme. Tantôt, il y renonce, tantôt, il affirme vouloir revenir sur la question.

L’accaparement des instances de veille et le PPEA 2

Selon la présidente du CRADEM, les liens avec certains acteurs de la société civile laisse à désirer. La veille citoyenne a perdu ses lettres de noblesse. Il s’agit des accointances du pouvoir avec les acteurs de la société civile.

Elle parle également du silence et de l’inaction du gouvernement au sujet du  non-lieu rendu dans l’affaire PPEA 2. Pourtant, l’une des promesses du candidat Talon, était de lutter contre l’impunité en République du Bénin.

L’éducation

A cela s’ajoute, la prise en compte des préoccupations d’ordre social des populations. Notamment, dans le domaine de l’éducation, elle invite le gouvernement à s’atteler surtout à la construction des écoles sur toute l’étendue du territoire national

L’économie

Sonia Bendjou revient sur le volet économique pour demander au chef de l’Etat de soulager les entreprises béninoises à travers l’apurement de la dette intérieure. En effet, l’Etat reste devoir à de nombreuses entreprises qui opèrent sur le territoire national. Elles sont affaiblies du fait des créances non encore recouvertes pas l’Etat. Selon la présidente du CRADEM, cela va permettre de relancer l’économie locale en souffrance depuis plus d’un an déjà.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 5 mois

    Hé Aziz ne tire pas la couverture à toi tout seul hein !
    Bon c’est quoi encore ce GRADEM ! et c’est qui c’est Bendjou ? Bon qu’ils soient les bienvenus tant qu’ils tirent sur les ruptucons

  • Avatar commentaire
    aziz 5 mois

    Ce machin de gradem…ou quelque chose comme ça…composés de reveurs,de pieds nickelés…qui ne representent..que leurs petites personne n’ont pas trouvé..leur compte…et ils broient du noir..

    Tous les beninois ne sont pas des idiots..n’est ce pas..

    Nous (le sultan aziz)…on savait que la rupture n’était qu’une imposture..et l’a toujours dit…

    Quant au pag..c’est un “madoff et icc”…politique..un leurre,une escroquerie..bien pensée…pour ..niquer profond les beninois

    C’est à un an de la fin…des rupturiens..que les beninois..apres avoir attendu en vain..les premieres réalisations..qu’ils vont se rendre compte que c’est du vent..

    Entre temps talon…qui ne pense qu’à lui..aurait déjà renforcer son empire financier..en se servant des moyens de l’état..

    Quand je dis.que les beninois sont tous mentalement immatures…il y a des gens…qui trouvent que je suis impertinent

    Je suis seulement intelligent..et doué de discernement…et ce n’est pas la faute à moi