Boris Tchilao, Segub et Urcar grand Agonvy : limogeage sans sanctions, deux mises en liberté suspectes

Boris Tchilao, Segub et Urcar grand Agonvy : limogeage sans sanctions, deux mises en liberté suspectes

Malheureusement, on constate que les anciennes pratiques perdurent, et que l’impunité règne à nouveau

Bénin: Plusieurs décisions importantes avec un accent particulier sur le secteur de l’énergie

Bénin – Les deux mises en liberté suspectes concernent essentiellement le dossier Segub, où des milliards de nos francs ont été gracieusement distribués à des proches de l’ancien régime, et le scandale de détournement dans lequel est impliqué le directeur exécutif de  l’Urcar grand Agonvy, dans le département de l’Ouémé.

Quant au fameux capitaine Tchilao, il a été simplement limogé et affecté à un autre poste sans autre forme de sanction.

En effet, il y a quelques jours, le capitaine Boris Tchilao qui a été révélé aux Béninois grâce à l’affaire des 18 kg de Cocaïne, a été démis de ses fonctions à la capitainerie du port, pour imprudence professionnelle grave. L’homme en uniforme aurait permis à deux civils de s’exercer aux tirs avec des armes appartenant à l’armée, sur le champ de tir de Toffo, une faute grave qu’aucun chef militaire digne de ce nom ne saurait laisser impunie.

Il a été limogé, affecté, et selon les informations officieuses diffusées sur les réseaux sociaux et proches de la hiérarchie militaire, on apprend malheureusement que les choses en sont restées là. Or, dans un passé récent, un accident grave s’est produit sur l’axe Allada-Natitingou occasionnant du coup la mort de plusieurs passagers à bord d’un véhicule de  transport commun. Tous les chefs brigade de gendarmerie de cet axe ont été automatiquement relevés de leurs fonctions, et mis aux arrêts de rigueur. Le cas Tchilao est d’autant plus grave que c’est par lui qu’a été révélée au grand public l’affaire dite des 18 kg de « cocaïne pure » dont la valeur vénale été annoncée à grand renfort de publicité, sans aucune précision sur l’expertise qui a abouti à cette conclusion hasardeuse.

On se rappelle de l’affaire liée à la société d’exploitation du guichet unique du Bénin (Segub) qui a éclaté en novembre 2016. 28 personnes avaient été inculpées parmi lesquels un haut gradé de la grande muette. Certains ont été libérés, mais les derniers qui sont allés en appel dont le président du mouvement des Zémidjans pour un Bénin Emergeant (Mo.Ze.Be), Robert Yèhouénou, et le beau-frère d’un député à l’Assemblée nationale, auraient été aussi libérés. Or de sources proches de la cour d’appel de Cotonou, le parquet n’a même pas exercé son droit de pourvoi en cassation dans cette affaire, où plusieurs milliards de nos Francs sont partis en fumée.

Enfin, le directeur exécutif de l’Union régionale des coopératives d’aménagement rural Grand-Agonvy (Urcar), et son chef service affaires financières, ont été arrêtés il y a quelques jours dans une affaire de détournement des fonds d’abattage, pour la replantation des nouvelles plantules et des impayés, à 17 coopératives d’aménagement rural (Car), estimés à plus de 400 millions de nos francs. On apprend également que ces derniers ont été libérés contre une caution de 8 millions de francs, payable en deux tranches. Des mises en libertés qui suscitent la colère des uns et des autres, parce qu’avec les dégâts financiers et les dommages créés au contribuable, surtout dans les affaires Segub et Urcar grand-Agonvy, les personnes interpellées ou accusées devraient écoper de peines et amendes lourdes, à la taille des crimes commis. Mais malheureusement, on constate que les anciennes pratiques perdurent, et que l’impunité règne désormais en maître. Ainsi va le Bénin Révélé

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Gouvènon 7 mois

    Bobo Tchilao avec tes gros yeux “lao lao” tu n’as pas dit que tu voulais jouer au ballon avec les politicards! Voilà les douceurs -aigres de ce jeu.
    Désolé pour toi
    Ton ami

  • Avatar commentaire
    Houenagnon 7 mois

    Soyons sérieux. S’il y a la séparation des pouvoirs, vous ne pouvez pas imputer cela à l’exécutif. Nous pouvons faire de l’opposition. Mais nous devons aussi etre crédibles dans nos remarques

    • Avatar commentaire
      SEGNI 7 mois

      Bien-dit

    • Avatar commentaire
      Big 7 mois

      La réalité est qu’il n’y a pas vraiment séparation des pouvoirs!
      On sait comment la justice est instrumentalisée dans ce pays

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 7 mois

    Ou plutôt le benin dirigé par les ruptucons

    • Avatar commentaire
      SEGNI 7 mois

      Il n’y rien qui puisse être fait par le nouveau départ et apprécié par Mollar Oumar béninois!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 7 mois

    Ainsi va le monde des ruptucons