Bénin : Plus de 60 accidents enregistrés à Cotonou et environs la semaine écoulée

Bénin : Plus de 60 accidents enregistrés à Cotonou et environs la semaine écoulée

Sur les axes routiers de la ville de Cotonou et de ses environs, plus d’une soixantaine de cas d’accidents ont été enregistrés dans la semaine écoulée.

Bénin : Collision macabre sur l’axe N’dali-Guessou Sud, des morts et de nombreux blessés

Dressant le bilan de ces évènements sur la station de radio Frisson Fm, le commissaire Richard Akodandé, chef service constat et accident du commissariat central de Cotonou précise que: 

« le commissariat central de la ville de Cotonou a constaté au total dans la ville, dans la semaine du lundi 15 mai au lundi 22 mai 2017, 67 cas d’accidents, 36 avec dégâts matériels, 30 corporels. Un compatriote a trouvé la mort à l’occasion de ces accidents. 37 blessés graves, 91 voitures sont impliquées dans ces accidents et 39 édifices publics ».

Le commissaire Richard Akodandé a rappelé aux uns et autres qu’en matière de code de la route, c’est la courtoisie et la prudence qui sont les maîtres mots.

Par ailleurs, si les motocyclistes sont les plus exposés dans ces cas d’accidents, il faut souligner qu’ils sont dus à des excès de vitesse, au non-respect des feux tricolores ou à l’utilisation manuelle des téléphones portables en conduite.

La prudence devrait être de mise sur les axes routiers pour éviter des drames et/ou des pertes économiques.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 3 mois

    Revoir l’état des routes et des voitures dans notre pays avec des contrôles techniques systématiques tous les 2 ans pour les véhicules mis en circulation depuis au moins 5 ans. Revoir toute la chaîne de la délivrance des permis de conduire pour les automobiles et les deux roues…. Un vaste chantier qui devrait attirer l’attention de notre Chef d’état. On peut aussi mettre sous le tapis “ce problème” comme s’il n’existait pas… Et c’est ce que font nos dirigeants jusqu’ici. C’est déjà bien de sensibiliser en présentant des statistiques. À quand la prise du problème à bras le corps ?

  • Avatar commentaire
    J. WOWO 3 mois

    Il se pose un problème de formation au code de la route des deux roues dans le pays précisément à Cotonou. En effet, les deux roues constituent le mode de transport dominant dans les grandes ville. Ils sont généralement sans formation ou connaissance des notions élémentaires du code de la route.
    Il urge que la législation en vigueur à cet effet soit actualisée appliquée. C’est-à-dire que le titre de transport (permis de leur catégorie) soit exigé. Ce serait un début de solution

  • Avatar commentaire
    [email protected] 3 mois

    Au delà même de la courtoisie il y a
    1- le non respect du code de la route : il y le code de la route et le code des routes routes du bénin. Non respect de la priorité, circulation à gauche sur l’autoroute, excès de vitesse, stationnement sur la chaussée sans signalisation, non respect de la priorité au rond point, excès de vitesse.
    2- Mauvais état des véhicules : complaisance à la visite technique, corruption, mauvais état des pneus.
    3- corruption généralisée et incivisme.
    Nous sommes tous coupables ou complaisants. Pour preuve à chaque fois que je rentre en vacances à Cotonou et que je me réapproprie les règles “locales” du code la route, j’ai du mal à mon retour en Europe.
    Tout cela doit changer.

  • Avatar commentaire
    Victor 3 mois

    50 voitures par jour rentrent en circulation au benin sans que de nouvelles routes soient amenagées. Ce qui pose le problème de congestion du traffic. La situation des nouveaux chauffeurs. La situation économique ambiante avec des chauffeurs toujours pas présent au volant trop pensif.

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 3 mois

    Le commissaire a oublié la consommation excessive d’alcool et de stupéfiants des usagers de la route .
    N’oublions pas non plus la conduite sans permis pour les automobilistes et également la distribution fantaisiste de vrai-faux permis de conduire .
    Soulignons également que la plupart des véhicules qui circulent au Benin sont des épaves en provenance d’Europe.
    Pauvre de mon pays.