Education au Bénin : La Fésen-Cstb suspend sa motion de grève

Education au Bénin : La Fésen-Cstb suspend sa motion de grève

C’est désormais fait ! La Fédération des syndicats de l’éducation nationale affiliée à la Confédération des travailleurs du Bénin (Cstb-Bénin), a suspendu sa motion de grève.

Port Autonome de Cotonou : La Dg tente de briser la grève, le Syntrapac résiste

A la suite des assemblées générales départementales tenues la semaine écoulée, la Fédération des syndicats de l’éducation nationale affiliée à la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (Fésen-Cstb), a décidé, à travers un communiqué, de suspendre sa motion de grève entamée le 07 février dernier. Objectif : mettre en œuvre les recommandations et actions retenues lors des assemblées générales, afin de continuer l’organisation et la protestation contre l’état de misère dans lequel végètent les enseignants du Bénin.

En effet, cette fédération a déclenché depuis le 07 février dernier une grève de 72 heures, pour exiger du gouvernement la satisfaction de ses revendications. Nonobstant la non satisfaction de celles-ci (revendication), elle a décidé de lever sa motion de grève à partir du mardi 08 mai 2017. Cette décision n’est pas anodine. Elle vise à réorganiser la troupe pour que les décisions prises lors des assemblées générales départementales puissent avoir l’effet escompté.

Ce choix fait suite aux assemblées générales tenues la semaine écoulée. Entre autres décisions : la mise sur pied de cellules de gestion des mouvements par département, arrondissement et circonscription scolaire pour la maternelle et le primaire, et par établissement pour le secondaire ; les sit-in de protestation aussi. Dans le communiqué de suspension de la grève adressé aux enseignants, la Fésen-Cstb a rappelé qu’aucun des 17 points de revendications n’a été satisfait par le gouvernement.

Selon la note circulaire, le gouvernement utilise la ruse pour distraire tout le monde et fixe de fausses échéances pour la résolution des problèmes. De plus, il procède par le biais de certains directeurs départementaux, à des intimidations sous des formes diverses (demandes d’explication adressées à des enseignants grévistes, menaces verbales etc).

Pour la Fésen-Cstb, ces méthodes auxquelles recourt l’autorité, sont contraires à la réglementation en matière de droit de grève en vigueur au Bénin. Au nombres des revendications, nous avons : la relecture du décret portant statut particulier du personnel enseignant de la maternelle, du primaire et du secondaire, la parution des avenants des contractuels locaux reversés en  Agent contractuel de l’Etat (Ace) depuis 2008, l’abrogation des arrêtés fixant arbitrairement le taux de réussite imposé aux Directeurs d’écoles, la reconnaissance du droit des inspecteurs de l’enseignement secondaire de présider les commissions d’inspection, et la prise en compte des diplômes supérieurs acquis avant la signature du décret portant statut juridique des agents contractuels de l’Etat

Commentaires

Commentaires du site 0