Examens de licence/master au Bénin : Marcellin Zannou fait des propositions

Examens de licence/master au Bénin : Marcellin Zannou fait des propositions

Le Patronat des établissements privés d’enseignement supérieur (Pepes) ne se retrouve pas dans cette réforme de l’enseignement supérieur béninois, qui passe par l’organisation d’examens nationaux de licence et de master, déjà à compter de cette année.

Crises dans l’enseignement supérieur au Bénin: Le Cames dans de beaux draps

Le président du Patronat des établissements privés d’enseignement supérieur (Pepes) Marcelin Zannou, était l’invité hier soir de la télévision Lc2 dans l’émission ‘’Focus’’, au cours de laquelle il est revenu sur la position dudit patronat au sujet des examens nationaux de licence et de master.

Il en a profité pour faire part des propositions de l’organisme pour une réforme profonde et efficace de l’enseignement supérieur au Bénin.

C’est ce qu’a confirmé et défendu dans la soirée d’hier jeudi 25 mai 2017, son président Marcelin Zannou. C’était au cours de l’émission Focus sur la télévision Lc2.

A l’en croire, la position du Pepes tient compte de plusieurs paramètres. Le premier est en lien avec ce qu’il appelle «la science de l’éducation». Selon celle-ci, confie l’invité, c’est un programme qui conduit à un examen, et à côté, il y a une préparation psychologique et physique. Pris dans ce sens, les lesdits examens annoncés par le ministère de l’enseignement supérieur dans 2 ou 3 mois sont impossibles. «Logiquement et matériellement, ce n’est pas possible de faire le stage, rédiger son mémoire, déposer le dossier et se préparer en même temps pour un examen dont on ne connait pas encore les matières» soutient-il.

Le deuxième paramètre évoqué par le Président du Pepes tient des principes du système Lmd. Il informe de ce que dans ce système, il n’y a pas d’examens nationaux terminaux pour avoir un grade. Il indique que c’est d’ailleurs l’avis des experts du Cames que le patronat a réuni à Cotonou en janvier dernier sur le sujet.

L’autre volet de l’argumentaire qui sous-tend la position du Pepes, défend Marcelin Zannou, c’est l’inexistence d’un document de «stratégie de réforme». En l’absence d’un tel document, il trouve qu’il y a de l’improvisation dans la démarche du ministère de l’enseignement supérieur. «Ça ne s’appelle pas réforme» martèle-t-il. C’est pour lui, une option tout à faire contraire à la volonté du Chef de l’Etat qui souhaite une réforme profonde dans ce secteur.

Les propositions du Pepes

Au nom du patronat, Marcellin Zannou soutient que la meilleure réforme à mettre en place, c’est la création de l’agence nationale pour l’assurance qualité et la mise à sa disposition de moyens pour travailler à rendre performantes les écoles et les ressources qu’elles produiront. Ensuite propose le Pepes, il faudra qu’il y ait des critères rigoureux d’autorisation et des critères transparents d’évaluation. Mais il faudra aussi effectivement évaluer les établissements et appliquer les sanctions en cas de mauvaises performances.

Le désir du Pepes c’est le respect des normes internationales en matière d’enseignement supérieur, à en croire le président. «L’enseignement supérieur aujourd’hui est une question de normes, et nous voulons que les normes soient respectées » a-t-il affirmé, avant de préciser que ces normes sont au dessus de normes nationales du moment où le pays a adhéré au Cames et signé la convention

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    magbedo 3 mois

    Ceux là qui écoutent ZANNOU sont bêtes et perdent leur temps.
    En qualité de qui il fait des propositions bruyamment à un ministère national qui coiffe une académie où siègent d’éminents professeurs d’université de rang mondial? C’est triste pour mon pays. Où était il lui ZANNOU au moment où il y avait des faux diplômes et le désordre? Son comportement et sa démarche prouvent la qualité d’homme qu’il est.
    Si ce qu’il dit est vraiment juste et qu’il sait qu’il a raison il n’a qu’à écrire au CAMES et dénoncer le Bénin. C’est si simple.

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 3 mois

    Ce Zannou retraité de la douane qui a fait fortune au sein de l’administration douanière par la triche â t-il lui même le baccalauréat ???
    Voyez-vous ; il est recteur d’une université privée dans mon pays et délivré des diplômes universitaires .
    Il fait des propositions en qualité de qui ??
    Qu’il commence par son CV et la publication des originaux de ses diplômes si diplômes il a ; on avisera après .
    Mon pays ; un désert de compétence et de faussaire.
    Pitié pour les générations futures.

    • Avatar commentaire
      Joeleplombier 3 mois

      Lire : délivre

    • Avatar commentaire
      Amaury 3 mois

      @Joe,

      Il faut faire la différence entre un promoteur d’école et un recteur ou Directeur. Zannou est sans doute promoteur mais je ne suis pas sûr qu’il en soit le Recteur.

      Je ne sais s’il a la Bac mais êtes-vous sûr qu’il est le recteur de son université ? A ma connaissance, selon les textes de la république – j’en reviens toujours à ces textes qui nous compliquent la vie mais qui sont utiles à toute société-, il faut avoir au minimum le Doctorat pour diriger une école d’enseignement supérieur. Peut-être qu’il l’a son doctorat. Personnellement je ne sais pas.
      A quel titre fait-il ces propositions, que je ne partage d’ailleurs pas, ? En qualité de Président de l’EPES, élu par ses pairs.
      En ce qui concerne la bonne dame ministre de l’enseignement supérieur qui prend sa revanche sur tout le monde, qu’elle sache que la roue tourne et que personne au Bénin n’a jamais ” mangé” ministre indéfiniment.

      • Avatar commentaire
        aziz 3 mois

        Amaury…!!!

        Il faut laisser joé avec ses déclarations teintées de beninoiseries..

        J’affirme ici..que marcellin..est un ancien de l’insja..de uac..comme les madame akobi,tabé ,afouda et consorts…déversés à la douane..apres leurs diplomes

        Je penses..meme qu’il doit etre de la premiere ou la deuxieme promotion..

        En tout cas..c’étaient nos ainés..à nous de trois ans…à l ‘uac

        Quant au diplome ou niveau académique…indispensable..pour diriger..une école privée…je peux affirmer que jusqu’en 1990..personne ne respectait les textes…

        Ainsi donc…j’ai..un promo de classe..le plus taré,le plus grand tricheur,et menteur..que le benin n’a jamais connu…qui a été ajourné…au bac…et qui par miracle s’est retrouvé en cote d’ivoire….

        Quelques années plus tard…il s’est servi..des diplomes de kamarou fassassi..et d’autres universitaires..pour ouvrir..l’une de ces écoles..et je peux meme dire…qu’il en était un des pionniers

        Ce type n’a jamais eu le bac…puisque lui et moi..on était sur le meme banc..en terminal

        Entre temps..il a fait son blé..et je ne vois aucune raison..de lui nuire..puisque j’estime qu’en chacun de nous..se trouve nichées…des potentialités..

        Il a été quelqu’un de dynamique..sachant manipuler les médias…etc…

        Pour moi la réussite..ne passe forcement..par un parcours académique élogieux

        Marcel dassaut et la plus part des grands industriels..occidentaux n’ont pas de diplome

        Au benin..nous devons..privilégier…la pragmatisme..n’est ce pas

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 3 mois

      @Joeleplombier,

      Le Bénin serait tombé si bas? je ne crois pas à ce que vous dites. Un non-bachelier, Recteur d’une Université? Monsieur Zanou est sans doute promoteur d’une nuniversité privée, mais il n’en est pas le Recteur. Cela fausserait tous les règlements et dispositions internationaux en matière de l’enseignement supérieur, si tel est le cas.

    • Avatar commentaire

      Que viens chercher un plombier dans les questions de l’enseignement supérieur….je ris seulement