Fadesp-Uac : dans l’univers de l’action de la France au Bénin

Fadesp-Uac : dans l’univers de l’action de la France au Bénin

«L’action de la France en Afrique à travers la coopération au développement : l’exemple du Bénin ».

Bénin: Le Sg de l’Idea rencontre la communauté universitaire

C’est le thème d’une conférence animée à la Faculté de droit de l’Université d’Abomey-Calavi ce mercredi 17 mai, à l’intention des étudiants, doctorants et auditeurs de master « Droit international et organisations internationales ».

Les étudiants masteriens et doctorants en droit international, en savent davantage sur l’action de la France au Bénin. Ce mercredi 17 mai 2017, ils ont participé à une conférence sur « L’action de la France en Afrique à travers la coopération au développement : l’exemple du Bénin ». Ce thème leur a été exposé par Mesdames Véronique Brumeaux et Catherine Bonnaud, respectivement ambassadrice de France et directrice de l’Agence française de développement (Afd) au Bénin.

L’activité s’inscrit dans une nouvelle dynamique des autorités de la Faculté de droit et de sciences politique de l’Université d’Abomey-Calavi (Fadesp-Uac). Il s’agit d’ouvrir les formations de la faculté aux acteurs de la coopération internationale, en vue de permettre aux étudiants, mastériens et doctorants d’échanger avec ces praticiens sur certaines thématiques et enjeux.

« Il y a lieu de revisiter les concepts, parfois anciens, étant donné que cette coopération se déroule dans des contextes africains et béninois spécifiques », a souligné Christine Desouches, maitre de conférences des universités, enseignante au master « Droit international et organisations internationales ».

Le doyen de la Fadesp, le professeur Frédéric Joel Aïvo, a remercié la partie française qui a accepté de se prêter à cet exercice de partage d’expériences en matière de coopération internationale. Les communications de l’Ambassadeur Brumeaux et de Mme Bonnaud ont porté sur le cadre général de la coopération française, les acteurs clés, les enjeux de développement en Afrique, l’action de la France en Afrique et le cadre d’intervention au Bénin.

Selon l’ambassadrice, le développement durable et la lutte contre la pauvreté sont la finalité de la politique française de l’aide publique au développement, telle qu’établie par la loi sur l’aide publique au développement. Définie par le gouvernement, cette politique est mise en œuvre par des opérateurs dont l’Afd, considérée comme l’opérateur pivot.

En Afrique, les secteurs d’intervention de la France partent de la gouvernance au soutien à la croissance, en passant par la santé, l’éducation, la formation professionnelle, le développement durable et la sécurité alimentaire. En 2015, elle a investi plus de 8 milliards d’euros d’aide publique au développement sur le continent. L’intervention de la France au Bénin est définie par un accord cadre dont le dernier en date a expiré en 2016.

Le processus de renouvellement est en cours. Opérateur pivot, l’Afd agit dans le pays à travers des subventions, des prêts concessionnels à l’Etat ou à des entités publiques, avec la garantie de l’Etat, le financement des investissements publics et l’appui au secteur privé

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 1 mois

    En s’accommodant avec l’ambassadrice de France au Benin pour endormir nos pauvres étudiants en droit et en sciences économiques ; notre ami Aïvo balise le terrain pour un coup de main de cette dernière pour sa nomination au conseil constitutionnel l’année prochaine .
    Qui est fou ???? En tout pas notre agrégé du Cames monsieur Joèl Aïvo.
    Pauvre de mon pays

  • Avatar commentaire
    Tchite' 1 mois

    Il faut aussi une verification independante de la part du Benin (ceci se fait dans des pays dignes de ce nom) pour confirmer et/ou infirmer les information relate’es par l’Ambassadrice.

    Quels elements de preuve ont les etudiants pour verifier ces declarations. Y a-t-il un mecanisme en place pour independemment evaluer ce qui est fait et de faire a’ quelle partie cela profite?

    La coorperation de quemander/quemander a’ toujours rendue les gens esclaves, mais l’auto-determination cree non seulement la dignite’ chez les initiateurs, mais aussi du progres palpables (Japon, Singapour) pour ne citer que ceux-la’.

  • Avatar commentaire
    Tchite' 1 mois

    Pour que ces etudiants aient une vue complete de l’action reelle de la France en Afrique et au Benin en particulier, il leur faut aller avant tout en France, y passer quelques mois voire annees (vivre avec les Francais, aller dans leurs ecoles, suivre leur tv, radio, infoweb etc sur l’Afrique) et ils comprendront que la theorie est une chose et que la pratique est auusi toute une autre chose.

    Tout le monde peut organiser et participer aux seminairex. Mais l’experience sur le terrain de la France, de l’Afrique et du Benin leur presenteront d’autres perspectives qui n’ont certainement pas ete discutees durant cette presentation par Madame l’Ambassadrice de la France pres le Benin.