3 ans pour enrayer le fléau du mariage précoce au Bénin

3 ans pour enrayer le fléau du mariage précoce au Bénin

Selon les statistiques, le mariage des enfants touche 34% d’enfants dans le monde et 37% en Afrique. Parmi les 20 pays les plus touchés par cette calamité, 15 se situent sur le continent africain.

L’établissement des livrets de pension au Bénin : Adidjatou Mathys fait l’état des lieux

Au Bénin, 3 filles sur 10 perdent leur avenir voire leur vie parce que précocement mariées. Pour mettre un terme au phénomène de mariage précoce des enfants qui handicape le bien-être de ses citoyennes, le gouvernement béninois en partenariat avec l’Unicef-Bénin a lancé le 16 juin 2017, date de la journée de l’enfant africain, une campagne dénommée «Tolérance zéro pour le mariage des enfants ».

Selon l‘enquête Mics 2014, le mariage des enfants est profondément ancré dans certains départements du Bénin à savoir l’Atacora, l’Alibori, la Donga et le Borgou, où il est enregistré 20,6%, 22,4%, 25,60% et 37,2% de cas de mariage d’enfants. L’enquête par grappes à indicateurs multiples de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (Insae-2014), a quant à lui révélé que 31,7% de femmes et 6,1% d’hommes de 20 à 40 ans ont été mariés avant l’âge de 18 ans (voire à 12 ans).

Plusieurs facteurs tels les pesanteurs socio-culturelles, les inégalités basées sur le genre, et surtout la pauvreté, en sont les causes. Et c’est pour éradiquer ce phénomène qui salit l’image du pays que le gouvernement béninois et l’Unicef-Bénin ont décidé de lancer, ce vendredi 16 juin 2017, date de le journée de l’enfant africain, la « Campagne tolérance zéro pour le mariage des enfants » sur une période de 3 ans.

Une campagne soutenue par les institutions internationales

Cette action du gouvernement revêt une grande importance pour l’Union Africaine qui avait déjà lancé une campagne continentale contre le fléau le 29 Mai 2014. Pour Mariama Cissé Mohamed, secrétaire permanente du comité africain des experts sur les droits et le bien-être des enfants, représentant la Commission aux affaires sociales de l’Union Africaine à la cérémonie, le Bénin est le 20ème pays d’Afrique à lancer une campagne nationale pour éradiquer le phénomène du mariage des enfants qui viole les droits de la jeune fille et son aspiration à un avenir fructueux.

Pour cela, l’UA s’engage à soutenir toutes les actions juridiques ainsi que toutes les politiques de protection et de promotion des droits des enfants, ajoute-t-elle. De son côté, le Coordonnateur résident des Nations Unies au Bénin, Siaka Coulibaly, estime que le mariage des enfants et les violences faites aux enfants sont à éradiquer, car ces phénomènes engendrent des cycles de pauvreté qui se perpétuent de générations en générations.

Leur existence constitue une barrière pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable (Odd). L’Un s’engage, assure-t-il, à œuvrer aux côtés de tous les Partenaires Techniques et Financiers (Ptf) pour soutenir le Bénin dans sa lutte contre ce fléau.

L’ambition du gouvernement béninois

L’Etat béninois a, au cours des 3 dernières années, mené des actions pour renforcer le cadre juridique et institutionnel et agir sur des acteurs clés, afin de leur faire percevoir les conséquences du fléau sur les enfants. D’après le ministre des affaires sociales Adidjatou Mathys, et Denis da Conceiçao Courpotin, le représentant du gouvernement à la cérémonie de lancement, ces actions entrent dans le cadre de la campagne tolérance zéro.

Cette campagne sera aussi un tremplin pour des actions pertinentes, phares, et à impact rapide sur les cibles concernées par la problématique. Les capacités seront renforcées à divers niveaux en vue de la mise en œuvre efficace desdites actions, et surtout pour la protection pénale des enfants, a rassuré M. Courpotin.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji 1 semaine

    Vous avez vu les stats de la répartition géographique du mal???? J’adore les chiffres pour leur éloquence.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 1 semaine

      Nous avons bien raison de dire que ce agadjavi est un psychopathe dangeuerux pour la cité, il rigole sur les Stats surtout concernant la zone nord et ne dit rien sur les causes .
      Et ça se trouve que cet énergumène d’agadjavi est certainement un cadre tapi dans nos administrations , il faut dératiser le secteur ,il va pointer son museau