Avancée de la mer: Un plan d’urgence pour sauver Grand-Popo

Avancée de la mer: Un plan d’urgence pour sauver Grand-Popo

Quatre villages de la commune de Grand-Popo baignent sous les eaux depuis plusieurs jours. Face à l’ampleur des dégâts, un plan d’urgence de relogement des populations des villages de Gbèkon, zogbédji, Agouè Plage et Hilla Condji, s’impose désormais.

Erosion côtière à Grand-Popo: Menace d’une seconde embouchure

La situation est très préoccupante dans les villages de Gbèkon, zogbédji, Agouè Plage et Hilla Condji. De centaines d’habitations sont englouties sous les eaux de la mer. C’est le triste constat visible depuis quelques jours dans la commune de Grand-Popo, face à l’avancée des eaux de la mer. Les populations de ces villages sont sans habitations et livrées aux intempéries.

De façon particulière, le village de Gbèkon est frappé de plein fouet par les eaux. Les détritus sur place témoignent de l’ampleur des dégâts. Moins de 40m de terre résistent encore à la disparition, sous le coup de l’érosion fluviale et côtière. Par ailleurs, la place du 10 Janvier, classée patrimoine de l’UNESCO, risque aussi de disparaître.

En plus de l’avancée de la mer qui érode continuellement l’une des bordures de la seule voie d’accès aux localités d’Avlo, Agnnninkanmin et Alongo, les eaux du fleuve Mono rongent la seconde bordure provoquant une embouchure à ce niveau. A Agouè Plage, le constat est tout aussi désolant. La mer érode la côte dans son avancée rapide, et les rares cocotiers qui tiennent encore debout sont déjà presque déracinés.

Nécessité d’un plan d’urgence pour sauver Grand-Popo

Face à l’ampleur des dégâts, un plan d’urgence de relogement des populations des villages de Gbèkon, zogbédji, Agouè Plage et Hilla Condji s’impose désormais. Mais selon les autorités communales, la commune ne dispose plus de réserve administratives pour le relogement des sinistrés de ces villages engloutis par la mer. Lors d’une descente sur place du préfet du Mono le lundi 12 Juin 2017 pour constater l’ampleur des dégâts, le Maire de Grand-Popo, Anani Hlondji, a suggéré que les efforts du gouvernement puissent aller aussi dans le sens de la maîtrise des eaux du fleuve Mono.

Pour Hlondji, à défaut de déplacer les populations, il faut draguer le fleuve Mono. Il invite le gouvernement à vite agir pour le bonheur des sinistrés. Vivement que les autorités à divers niveaux volent au secours des populations de ces villages.

Commentaires

Commentaires du site 0