Diaspora : « La double culture n’est pas une condition facile. », dixit Lionel Zinsou

Diaspora : « La double culture n’est pas une condition facile. », dixit Lionel Zinsou

Franco-béninois, candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2016 au Bénin, Lionel Zinsou s’exprime sur les revers de la double culture. Invité du magazine Réussite, l’ancien premier ministre du Bénin évoque la difficulté énorme a avoir une double nationalité.

Africa-France : Lionel Zinsou promeut l’idée de réseau entre jeunes leaders africains et français

Toutefois, il faut apprendre à dominer les rejets.

Noir en Europe et blanc en Afrique

En France, Lionel Zinsou est traité de béninois. Au Bénin, l’homme est perçu comme français, de surcroît taxé d’incarner le néocolonialisme. « Vous êtes noir en Europe et blanc en Afrique. », témoigne-t-il. L’économiste et conseiller politique accumule et surmonte toutes ces perceptions, qui pourtant l’accablent dans une certaine mesure.

Il en veut pour preuve, son échec à la présidentielle béninoise dernière. Dans la même veine, il est presque impossible pour le métisse, malgré sa nationalité française, de se porter à un haut poste électif en France.

Il faut dominer les rejets

Lionel Zinsou avoue qu’il n’est du tout confortable d’être de la diaspora.  « Appartenir à la diaspora, ça n’a jamais été une condition facile. Mais,  il faut dominer les rejets. ». Le franco-béninois se refuse d’être plus français que béninois ou vice versa. « Si on vous demandais, vous vous sentez enfant de votre père ou de votre mère? …… Je me sens pleinement des deux (français et béninois). »

La diaspora apporte, à l’Afrique, l’amour

Pour lui, dans le rejet subi, réside une certaine motivation. Bien qu’il soit parfois mal perçu, le titre d’appartenance à la diaspora procure des avantages non moins négligeables. « La diaspora apporte, à l’Afrique, l’amour, la loyauté totale. », a déclaré Lionel Zinsou. Le fait, pour lui, d’être contesté en France et tout récemment au Bénin, n’est pas un mal à prendre en considération.

Au contraire, il s’évertue à mettre en pratique le retour aux sources. Notamment, le retour des enfants est une caractéristique indéniable de son amour pour sa patrie béninoise. Zinsou fait allusion à ses deux enfants qui résident au Bénin depuis un bon moment et y travaillent, pas pour forcément faire fortune.

La diaspora, un gage de la croissance économique en Afrique

La diaspora contribue énormément au développement de l’Afrique, en ce qu’elle favorise l’investissement, confie Lionel Zinsou et ajoute : « La diaspora chinoise a fait la croissance chinoise. La diaspora de l’Europe de l’est a reconstruit une économie après la chute du mur de Berlin à une vitesse totalement insoupçonnée… ». Aujourd’hui l’Afrique traverse également les mêmes réalités avec un mouvement massif de retour aux origines. Ce retour est surtout marqué par les investissements dans de nombreux secteurs, toute chose qui participe de la croissance de l’économie Africaine.

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    Alors même que ceux qui nous dirigent planquent tout ce qu’ils nous volent , nous pillent en Occident , refusent à leur progéniture de revenir servir leur pays le benin , lui Lionel Zinsou , pour qui le benin n’a pas payé les études , la santé , sauf que lui donné le nom , ” offre ” ses enfants pour servir le benin , paie de sa poche pour offrir le savoir , la culture , l’art , des emplois aux beninoises et beninois , et en toute humilité, nous permet une respectabilité et admiration de par le monde entier pour ses idées progressistes et d’avant garde etc etc etc , et vous voulez qu’on ne soit l’un de ses fans , de ses disciples !

  • Avatar commentaire
    Che Guevara 2 mois

    Tout ceci ne changera en rien le fait que c’est la france qui bat dans son coeur et il ne defendra que les interets de celle ci pas les notres.

    • Avatar commentaire
      Gom bo 2 mois

      Savez vous lire les coeurs ?
      Si oui dites nous ce qui bat dans celui de Talon ?
      Evitons de ramener le debat aux individus
      Je comprend la blessure de l’homme apres une campagne ou la subtilite etait absente et le debat politique remplace par des attaques at hominem
      En ce qui me concerne je n’ai jamais ete concerne par la couleur de peau ou la nationalite de LZ
      Mon souci etait de ne pas avoir un 3eme mandat Yayi avec les Kassa et Commis couche au pouvoir,ni de voir mon pays directement gere par des golden boys blancs recevant leur ordres de Paris…
      Aujourdhui force est de reconnaitre que la situation est pire car a la persistence de la neocolonisation s’ajoute le depecage de l’economie par des braqueurs sans foi ni loi reduisant notre pays a une vaste foire ou les amis et parents s’adjugent des pans entiers de l’economie reduisant les petites gens a la misere dans le mepris et l’arrogance la plus ehontee…

  • Avatar commentaire
    EU 2 mois

    Dire qu’il est impossible à un métisse de parvenir à un poste électif en France n’est pas totalement vrai. Nous avons vu des noirs naturalisés Français devenir député en France il y a quelques semaines.

  • Avatar commentaire
    Jean 2 mois

    De quelle double culture parle t-il? Le simple fait d’être français né d’un père béninois?

    • Avatar commentaire
      wilson 2 mois

      jean es ce ce que vous dites de sens????

    • Avatar commentaire
      Sonagnon 2 mois

      Il n’a pas été facile pour les gens de la génération de LZ en tant que métis de jouer un rôle politique de premier plan en France.
      La nouvelle génération parvient plus facilement en raison de l’évolution des mentalités.
      Mais LZ s’adresse beaucoup plus au béninois.
      S’il a été combattu au Bénin, c’est en raison de ses propres déclarations. Il fait une communication pour rectifier les mauvaises choses qui a eu à dire.
      Nous comprenons bien le message.

      Qu’il revienne nous débarrasser de l’escroc.
      C’est la mission que nous attendons de lui à présent.
      Il faut qu’il connaisse cet échec pour bien comprendre ce que les béninois attendent de lui. J’espère qu’il a bien retenue la leçon.