Bénin: Les maires outillés sur les nouvelles exigences de la décentralisation

Bénin: Les maires outillés sur les nouvelles exigences de la décentralisation

« Vingt-sept ans de décentralisation au Bénin : quelle nouvelle approche de gouvernance de nos collectivités locales ?». C’est autour de ce thème que l’Abdc et la fondation Hanns Seidel ont réuni plusieurs maires du Bénin, jeudi 15 juin dernier à Bohicon.

4ème entretien politique de l’Abdc : La gouvernance Talon passée au crible

La commune de Bohicon était ce jeudi 15 juin 2017 la capitale de la décentralisation. Et pour cause, plusieurs dizaines de maires, venus des douze départements du Bénin, y étaient pour suivre une formation sur les nouvelles exigences de la décentralisation. L’atelier est une initiative de l’Association béninoise de droit constitutionnel (Abdc), présidée par le professeur Joel Aïvo, avec l’appui de la fondation allemande Hanns Seidel.

Pour aboutir à une telle activité, l’Abdc et son partenaire sont partis d’un constat. Depuis l’avènement du renouveau démocratique, il existe encore des réserves sur l’effectivité de la décentralisation après quatorze ans de pratique. Le constat révèle des avancées relativement inégales, avec une décentralisation confrontée à des difficultés de transfert des compétences et de déficience des collectivités locales en matière de ressources humaines et financières.

De nouvelles donnes s’imposent pour surmonter lesdites difficultés. L’objectif de l’atelier de Bohicon est donc de mieux outiller les Maires sur les nouvelles exigences en matière de décentralisation, pour une meilleure gouvernance de nos collectivités locales. De façon spécifique, il s’agit de présenter les nouvelles politiques et innovations contenues du Programme d’actions du Gouvernement (Pag) en matière de décentralisation ; d’échanger sur les différents contours de la problématique du développement local au Bénin ; puis de proposer de nouvelles méthodes de redynamisation de l’administration locale en vue d’un meilleur épanouissement des collectivités locales. L’atelier de formation est un peu comme une suite de la tournée nationale organisée en juin et août 2016 par l’Abdc, toujours sur la question de la décentralisation.

D’ailleurs, selon le président de l’Abdc, le professeur Aïvo, après avoir fait ce tour qui a permis d’écouter les élus locaux et d’échanger avec eux afin de faire des plaidoyers dans le sens du renforcement des moyens, il est désormais temps de jeter un regard nouveau et de braquer de nouveaux projecteurs sur la gouvernance locale, afin d’en tirer de nouvelles idées et approches. Pour le maire de Bohicon et le représentant régional de la Fondation Hanns Seidel, après tant d’années de pratique et au regard des leçons tirées, il est opportun de s’arrêter pour faire le bilan, évaluer les succès et les échecs, poser les préoccupations actuelles et se projeter dans le futur.

Le ministre de la décentralisation et d’autres personnalités présentes n’ont pas manqué de féliciter l’Abdc et la fondation Hanns Seidel pour avoir réussi le pari de réunir acteurs politiques, acteurs techniques ou experts et praticiens, élus locaux, pour réfléchir sur la démocratie locale.

Maux et remèdes

Les échanges entre les élus locaux et les experts ont porté sur « Les nouvelles politiques et les innovations du Pag en matière de décentralisation au Bénin », « Les communes face à la problématique du développement territorial au Bénin » et « La gouvernance administrative et financière des communes : quelles réformes ? ».

Les trois communications ont permis aux participants de rappeler les principales tendances passées et actuelles de la décentralisation, puis d’en ressortir les conditions d’une gouvernance locale dans l’avenir. L’on retient que la décentralisation au Bénin se caractérise par plusieurs maux que sont le défaut d’un réel transfert de compétence, la présidentialisation de la réforme de la décentralisation, la concentration du pouvoir dans les mains de l’Etat central, les relations souvent problématiques entre les communes et les receveurs, le désintérêt du citoyen dans la gestion de sa communauté, et la faible capacité des ressources disponibles, entre autres.

Pour inverser cette tendance, il faudra réviser les textes de la décentralisation, mettre l’accent sur le développement de l’approche participative, l’éducation citoyenne, viabiliser les collectivités locales et œuvrer pour une synergie d’action entre le gouvernement et elles.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 1 semaine

    Dans leurs outillages , qu’ils n’oublient d’inscrire aux maires : ” comment parer aux multiples audits du gouvernement dans les mairies “