Bepc 2017 à Abomey-Calavi: Les épreuves démarrent à l’heure malgré une forte pluie

Bepc 2017 à Abomey-Calavi: Les épreuves démarrent à l’heure malgré une forte pluie

L’édition 2017 du brevet d’étude du premier cycle (Bepc), a démarré ce lundi 12 juin 2017 sur toute l’étendue du territoire nationale.

Bepc – Bénin : 224.995 candidats, 42,95% de filles et 57,01% de garçons

Dans la commune d’Abomey-Calavi, c’est sous une pluie drue que les candidats au brevet d’étude du premier cycle ( Bepc ) se sont rendus dans leurs centres de composition. Ceci n’a cependant pas entaché le bon déroulement de l’examen qui avait déjà démarré à 8h dans les différents centres parcourus.

Lundi 12 juin 2017, date de démarrage de la phase écrite de l’examen du Bepc 2017. Il pleut abondamment depuis 4 heures du matin sur Calavi et environs, mais qu’à cela ne tienne. Les candidats sont bel et bien présents dans les centres de composition.

Cachés sous un parapluie, vêtus d’un imperméable, la tête simplement couverte d’un sachet ou le cartable en guise de protection, ils ont été à l’heure contrairement à ce à quoi on peut s’attendre par une journée de pluie. Accompagnés de leurs proches ou seuls, ils se sont rendus dans leurs salles de composition où chacun s’est assis à la place où est inscrit son numéro matricule.

Après avoir vérifié si leurs progénitures ne manquent de rien, les parents s’en vont.

Une journée sans incidents notables

Rencontrée au Collège d’enseignement général (Ceg1) d’Abomey-Calavi,  Sidonie Atchadé paraît stressée et l’avoue.

« J’ai un peu peur parce que c’est ma première fois au Bepc. Mais mes parents m’ont donné un morceau de sucre à croquer pour soulager le stress ».

Murielle Assogba est assez sereine quant à elle. Elle affirme voir les examens comme une simple composition, un devoir de classe. Pendant ce temps, les responsables de centre de leur côté font le point des présences au niveau des surveillants de salle. Certains sont absents et seront vite remplacés par d’autres professeurs présents sur les lieux.

07h30, les épreuves sont convoyées vers les salles de composition. Parmi les candidats, pas grand-chose à signaler pour l’heure. Certains se sont trompés de place, d’autres sont venus sans pièces d’identité, mais les choses rentrent vite dans l’ordre. 08h00, la sirène retentit.

Après avoir souhaité bonne chance aux candidats, le chef de centre et les autorités présents se retirent, laissant les candidats sous la supervision des surveillants de salle. C’est le début de la première épreuve : « Communication écrite ». Elle dure 2 heures de temps et propose deux sujets au choix. La seconde épreuve de la matinée est « La lecture ». Elle a démarré quelques minutes après 10 heures et a pris fin à 12h30.

Après la pause-déjeuner, les candidats planchent à partir de 15 heures pour la seule épreuve de la soirée : histoire et géographie.

Peu d’absents parmi les candidats

La journée s’est pareillement déroulée au Ceg de Godomey et au Complexe Scolaire Sainte Félicité de Godomey. Malgré la pluie, presque tous les candidats ont répondu présents rapportent les chefs de centre. Sur 710 candidats inscrits, 699 sont présents, soit 11 absents, a déclaré Mathias Ahomadégbe, chef centre du Cs Sainte Félicité.

Du côté du Ceg de Godomey, le chef centre Alfred Koundé informe qu’il y a 1030 présences sur 1064 inscrits, soit 34 absents. Cette phase écrite du Bepc dure 3 jours et prendra fin le mercredi 14 juin prochain.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Tchité 4 mois

    Pluie-la’ c’est rien, en Europe, au Canada (pire), au USA et ailleurs, la neige (la glace), la fraicheur a’ moins de zero degre’ avec temperature de grand congelateur, et tu dois etre a’ l’heure au travail et aux rendez-vous apres avoir braver les intemperies, les risques d’accident et la fraicheur (congelateur). Pluie (de l’eau simple tombant du ciel et qui vous mouille, si vous n’avez ni impermeable ni voiture) et vous etes-la a’ tirer la sonnette d’alarme.

    Pour ceux qui n’ont jamais experimente’ la neige, tempete de neige et le mauvais temps dans le Nord de ce monde, meme si on leur en parle, il ne comprendrons jamais, a’ moins qu’ils l’experimentent eux-memes.

    Sinon le reste c’est de la paresse chez nos gens. Avec une petite plus, tout le monde rentre a’ l’interieur (va faire une petite siete) et meme abandonne le travail parfois. C’est pas bon hein, car pluie-la’ c’est rien ohhh!

    Il faut travailler dans le bon temps et le mauvais, et surtout anticiper car tous savent que c’est la saison des pluies.